Partager :

A. L’État hébreu n’a pas pris de sanctions contre Moscou et les relations d’affaires continuent. Des produits de consommation courante d’origine russe sont disponibles dans des supermarchés fréquentés par des Israéliens d’origine russe et ukrainienne, une communauté de plus d’un million de personnes.

B. « Désormais ce ne sont plus seulement des oligarques qui cherchent à sortir leurs capitaux, mais plutôt des chefs d’entreprise de haute technologie, des cadres supérieurs et des épargnants, à la recherche d’un havre de paix

Ils sont tous à la recherche de rachats ou de prises de participation dans des start-up, des projets immobiliers, alors que les prix des logements en Israël battent tous les records » –

Plusieurs centaines de millions de dollars ont été transférées depuis le début de l’invasion en Ukraine vers des banques israéliennes, selon le quotidien économique local Calcalist.

Mais Israël est loin d’être la seule alternative dans la région avec Dubaï et Chypre qui accueillent les investisseurs russes à bras ouverts.

Partager :