Partager :

Les technologies spécifiquement axées sur la santé et le bien-être des femmes – ou femtech – se sont considérablement développées. Gilboa, embryologiste et statisticienne, a réussi avec AIVF, une entreprise B2B (business-to-business) qu’elle a cofondée en 2018, a développé la première plateforme de mise sur le marché pour les cliniques de FIV qui applique la science des données et l’intelligence artificielle (IA) pour rendre le processus de FIV plus précis et plus efficace. Le résultat est plus rentable et plus rapide pour les parents qui souhaitent avoir des enfants.

« L’écosystème en Israël est en train de changer. La femtech est en train de devenir un sujet de conversation intéressante, et les dirigeants de sociétés de capital risque sont désormais à la recherche d’opportunités femtech », a déclaré Gilboa.

Israël, largement connu comme la nation des startups, est en train de devenir une source d’innovation pour les femtech. Il reste difficile d’obtenir des financements, mais comme les femmes représentent la moitié de la population mondiale et prennent 80 % des décisions d’achat dans le domaine de la santé, les investisseurs commencent à percevoir d’intéressantes opportunités.

« La femtech est en pleine croissance et en pleine expansion. Il n’est plus nécessaire d’expliquer aux gens ce que c’est », a déclaré Sharon Handelman-Gotlib, co-directrice de FemTech IL, une communauté de 2 600 entrepreneurs et partisans israéliens de la femtech.

Selon Start-Up Nation Central, une organisation israélienne qui suit l’écosystème technologique local, le paysage femtech israélien comprend environ 130 startups et entreprises. En 2021, environ 160 millions de dollars ont été investis dans des entreprises femtech israéliennes, en baisse par rapport à environ 215 millions de dollars en 2020, mais similaire aux chiffres de 2019 avec 157 millions de dollars d’investissements, selon les données de SNC.

 

Daniella Gilboa, PDG et cofondatrice d’AIVF. (Crédit: Courtoisie)

Illumigyn, une plateforme d’imagerie gynécologique à distance, s’est distinguée par les 33 millions de dollars qu’elle a levés l’année dernière, permettant à l’entreprise de se déployer aux États-Unis, aux Émirats arabes unis, en Inde, à Singapour et en Corée du Sud.

« D’énormes progrès ont été réalisés ces dernières années dans la sensibilisation à la femtech et dans la réduction de la stigmatisation qui l’entoure, mais le financement reste un problème. De nombreuses entreprises féminines israéliennes en sont encore au stade de l’amorçage et du démarrage », a déclaré Lena Rogovi.

TIMES OF ISRAEL.

Partager :