Partager :

Israël a été classé au 10e rang des exportateurs internationaux d’armes au cours des cinq dernières années par un groupe de réflexion indépendant sur la sécurité mondiale.

Le dernier rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, mesurant le commerce des armes de 2017 à 2021, indique que le commerce des armes vers l’Europe a augmenté, que les États du Golfe étaient les principaux importateurs et qu’Israël reste un acteur majeur.

Le rapport publié le mois dernier indique qu’Israël a représenté 2,4 % des exportations internationales d’armes entre 2017 et 2021, les principaux destinataires étant l’Inde, l’Azerbaïdjan et le Vietnam.

Le volume des exportations d’Israël a chuté de 5,6 % au cours de la période, par rapport aux cinq années précédentes.

Les seuls autres pays du Moyen-Orient parmi les 25 premiers exportateurs d’armes étaient la Turquie, au 12e rang, les Émirats arabes unis, au 18e rang, et la Jordanie, au 25e.

Les cinq principaux pays ont dominé le commerce mondial, représentant 77 % de toutes les exportations. Ces pays étaient les États-Unis, avec 39 %, suivis de la Russie, 19 %, puis de la France, de la Chine et de l’Allemagne.

Les autres pays du top 10 des exportateurs étaient l’Italie, le Royaume-Uni, la Corée du Sud et l’Espagne.

L’Europe et l’Amérique du Nord ont représenté 87 % de toutes les exportations d’armes, selon l’institut de recherche, qui a identifié 60 pays exportateurs d’armes au cours de la période.

L’étude indique qu’au cours de cette période, le commerce mondial a chuté de 4,6 %. Mais il y a eu une augmentation de 19 % des transferts d’armes vers l’Europe, poussés par les tensions avec la Russie, avant même son invasion de l’Ukraine. Les plus grands importateurs européens étaient le Royaume-Uni, la Norvège et les Pays-Bas.

Il y a eu une légère augmentation vers le Moyen-Orient et de fortes baisses du commerce vers les Amériques et l’Afrique. La pandémie a eu très peu d’impact sur le commerce des armes, selon le rapport.

Les États-Unis ont augmenté leur part de marché de 7 % et devancent largement la Russie, deuxième exportateur. Les États-Unis ont livré des armes à 103 pays entre 2017 et 2021, les avions constituant la majorité de ces expéditions, suivis des missiles et des véhicules blindés. La plus grande part est allée au Moyen-Orient.

Une photo illustrative d’un F-16 de l’US Air Force, ci-dessous, escorte deux jets F-35, ci-dessus, après son arrivée, ce dernier est arrivé à Hill Air Force Base dans l’Utah, en septembre 2015. (Crédit : AP Photo/Rick Bowmer, File)

La Russie a principalement envoyé des armes à l’Inde, à la Chine, à l’Égypte et à l’Algérie, et ses exportations ont chuté de 26 %.

Les États-Unis et la France ont augmenté leurs exportateurs, tandis que le commerce de la Chine, de la Russie et de l’Allemagne a chuté.

Israël était le 14e plus grand importateur d’armes, représentant 1,9 % de la part mondiale. 92 % des importations d’Israël provenaient des États-Unis, principalement des avions à réaction F-35 et des bombes guidées, suivis par des expéditions d’Allemagne et d’Italie. L’Allemagne fournit les sous-marins israéliens.

Les importations globales d’Israël ont bondi de 19 % au cours des cinq années précédentes.

L’Inde et l’Arabie saoudite étaient les principaux importateurs mondiaux, représentant chacun 11 % des importations mondiales. Quatre des dix principaux importateurs se trouvaient au Moyen-Orient – l’Arabie saoudite, l’Égypte à la troisième place, le Qatar à la sixième place et les Émirats arabes unis à la neuvième place. Les importations égyptiennes ont bondi de 73 %.

L’Arabie saoudite a augmenté ses importations de 27 % alors qu’elle faisait la guerre au Yémen sans quitter des yeux son ennemi l’Iran, la plupart de ses expéditions provenant des États-Unis.

Les États-Unis étaient le 13e plus grand importateur, les principaux fournisseurs étant le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la France. La Russie ne faisait pas partie des 25 premiers importateurs.

Au cours de la période étudiée, l’Ukraine combattait les séparatistes pro-russes vers l’est, mais ne combattait pas directement la Russie, et importait très peu d’armes – seulement 0,1 % des importations mondiales.

L’étude indique que, bien que l’ONU ait levé un embargo sur les armes contre l’Iran en 2020, il n’y a « aucune preuve publique que l’Iran ait depuis reçu ou commandé des volumes notables d’armes majeures de l’étranger ».

Les données du think tank -ou groupe de réflexion – reposent en partie sur des estimations et incluent les transferts, y compris les dons, les ventes et la production sous licence.

COPYRIGHTS. Times of Israël l

Partager :