Partager :

La compagnie aérienne Lufthansa va créer un poste de direction dédié à la prévention de la discrimination et de l’antisémitisme, deux mois après avoir empêché un groupe de passagers juifs orthodoxes d’embarquer sur un vol.

Une enquête indépendante commandée par la compagnie aérienne a toutefois conclu qu’il n’y avait aucune preuve d’antisémitisme institutionnel derrière cet incident, que le PDG de la compagnie a jugé « catégoriquement inapproprié ».

Dans une lettre adressée à la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, le PDG de Lufthansa Airlines, Jens Ritter, a déclaré que la compagnie aérienne avait mis en place un groupe de travail interne pour enquêter sur l’incident du 4 mai au cours duquel plus de 100 passagers hassidiques ont été expulsés d’un vol de correspondance entre New York et Budapest au motif que certains d’entre eux ne portaient pas de masque et avaient enfreint le règlement du vol, en se rassemblant notamment dans les allées.

L’incident a indigné les Juifs américains et européens, dont certains ont affirmé que l’équipage avait fait preuve de discrimination à l’égard de tous les passagers juifs visibles, même ceux qui avaient respecté les règles.

Un employé de la Lufthansa a été filmé en train de dire : « Tout le monde doit payer pour un couple » et « Ce sont les Juifs qui viennent de JFK. Ce sont les Juifs qui sont à l’origine du désordre et des problèmes ».

Le groupe de travail de la compagnie aérienne a reconnu que certains membres de l’équipage ont été « insensibles et non professionnels » dans leurs relations avec les passagers. Mais le rapport a conclu qu’il n’y a pas eu de « sentiments d’antisémitisme, de préjugés ou de comportement prémédité de la part des représentants de Lufthansa. »

SOURCE ET COPYRIGHTS. I24NEWS.
Partager :