Partager :

Les ministres du gouvernement ont approuvé dimanche l’avancement du projet conjoint de création d’un parc industriel israélo-jordanien des deux côtés de la frontière, relié par un pont déjà existant.

Ce projet, baptisé Jordan Gateway, permettra aux Israéliens et aux Jordaniens de passer d’un côté à l’autre de la frontière pour travailler sur des projets communs.

Un pont existant, le Jordan River Crossing, relie déjà les deux côtés de la zone, près de la ville israélienne de Beit Shean.

La zone serait gérée par l’Autorité aéroportuaire israélienne, qui gère également le passage terrestre de Taba avec l’Égypte et d’autres passages frontaliers, ce qui signifie qu’elle relèverait du ministre israélien des Transports.

Le plan approuvé dimanche permettra aux hommes d’affaires d’un pays d’entrer plus facilement dans l’autre pays pour y créer des entreprises communes.

Il prévoit également la création d’une zone destinée à accueillir ces hommes d’affaires et d’autres invités du côté jordanien.

Sur Twitter, le Premier ministre Yair Lapid a salué ce plan comme « l’une des plus grandes entreprises commerciales conjointes jamais réalisées » entre Israël et la Jordanie.

 

« Vingt-huit ans après avoir fait la paix avec la Jordanie, nous franchissons une nouvelle étape aux relations de bon voisinage entre nos deux pays. Il s’agit d’une percée qui contribuera grandement au développement et au renforcement de la région », a déclaré le Premier ministre Yair Lapid lors de la réunion du cabinet.

L’approbation du plan est intervenue quelques jours après que Lapid s’est rendu à Amman pour rencontrer le roi Abdallah II de Jordanie.

Les liens toujours tendus entre Israël et la Jordanie se sont détériorés ces dernières années, notamment après un incident à l’ambassade d’Israël à Amman, au cours duquel un agent de sécurité israélien a abattu deux Jordaniens, dont l’un l’avait poignardé avec un tournevis. L’autre a apparemment été tué involontairement.

L’altercation a immédiatement provoqué des tensions entre Amman et Jérusalem, qui ont été exacerbées par la publication du Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, de photos de lui-même en train d’enlacer l’agent de sécurité, qui était toujours recherché pour être interrogé en Jordanie, à l’époque.

« Il y a eu une profonde déconnexion avec la Jordanie pendant des années parce que mon prédécesseur a mis en ligne sur Instagram une publication avec l’agent de sécurité qui a accidentellement tué un Jordanien », a déclaré le Premier ministre suppléant Naftali Bennett lors de la réunion du cabinet.

« A cause d’une publication sur Instagram, nous avons endommagé les liens avec la Jordanie pendant des années », a-t-il ajouté.

SOURCE EST COPYRIGHTS. TIMES OF ISRAEL.

Partager :