Partager :

Après les appels au boycott lancés par la Histadrout, la fédération syndicale israélienne, la principale société d’importation du pays a décidé de reporter la hausse des prix de ses produits qui était prévue le 1er août.

La semaine dernière, suite à l’augmentation des prix annoncée par Diplomat, le président de la Histadrout Arnon Ben David a appelé les consommateurs israéliens à agir. Un boycott de nombreux produits importés par la marque a ainsi été lancé.

L’appel a ensuite été relayé sur les réseaux sociaux, amenant de nombreux Israéliens à affirmer qu’ils n’achèteraient plus certains produits phare comme les biscuits Oreo et Lotus, le ketchup Heinz, les chocolats Milka et Côte d’Or ou encore les chips Pringles. Résultat, les dirigeants de Diplomat sont revenus sur leur décision, du moins temporairement, annonçant que la hausse des prix était reportée au mois d’octobre, après les fêtes juives de Tichri.

Diplomat a déjà prévenu que les grandes chaînes de distribution qui s’opposeraient à l’augmentation des prix, ne verraient pas leurs magasin approvisionnés.

Diplomat justifie cette hausse des prix par l’inflation, expliquant qu’elle n’a pas d’autre choix. La société a pourtant déjà réalisé un chiffre d’affaires de 620 millions de shekels (180 millions d’euros) au premier trimestre 2022, avec un bénéfice net de 27 millions de shekels (8 millions d’euros), soit un bond de 114% par rapport à la même période en 2021.

La société, qui opère également dans en Afrique du Sud et en Nouvelle-Zélande, réalise ses profits les plus élevés en Israël. Mais c’est pourtant seulement dans l’Etat hébreu qu’elle a décidé d’augmenter ses prix.

SOURCE ET COPYRIGHTS. I24NEWS.
Partager :