Partager :

L’avion de reconnaissance sans pilote israélien IAI Eitan « Steadfast », également connu sous le nom de Heron TP, a fait les gros titres le mois dernier lorsque la commission de la défense du Bundestag a donné le feu vert à l’Allemagne pour l’achat de 140 de ces drones armés dans le cadre d’un contrat d’une valeur de 165 millions de dollars.

La construction de pointe du Heron TP reflète la décision de l’Allemagne de se tourner vers Israël pour sa première flotte de drones armés. Ce véhicule aérien sans pilote (UAV) présente une multitude de capacités importantes, notamment l’amélioration de la collecte de renseignements, la surveillance, la défense antimissile et le ravitaillement en vol. Comparable au Global Hawk de Northrop Grumman, le Heron TP apporte des capacités de haute altitude et de longue endurance (HALE) aux forces de défense israéliennes (FDI). Ce drone armé « plus grand et meilleur » a contribué à élever l’État juif au rang de superpuissance des drones qu’il occupe aujourd’hui.

Le Heron TP a été développé par la division Malat d’Israel Aerospace Industries et est entré en service dans l’armée de l’air israélienne en 2010. L’escadron 210 d’Israël est devenu la première unité à utiliser le drone peu de temps après. Les débuts du drone armé remontent toutefois à 2004. À cette époque, le magazine de l’armée de l’air israélienne a rendu publique l’existence du programme de drones et a signalé que deux prototypes étaient déjà en cours de réalisation. Le prototype Eitan a été dévoilé pour la première fois en 2007 lors d’un événement médiatique à la base aérienne de Tel Nof.

Doté d’un design ultramoderne, le Heron TP mesure 13 mètres de long et possède une cellule entièrement composite. Le drone possède une envergure de 26 mètres, ce qui lui confère un rapport d’aspect extrêmement élevé. En tant que drone de moyenne portée et de longue endurance, le Heron TP peut fonctionner à des altitudes supérieures à celles du trafic aérien commercial, soit plus de 41 000 pieds, et dispose de systèmes de dégivrage, de capacités tout temps et de systèmes de décollage et d’atterrissage automatiques (ATOL). En outre, il peut voler pendant environ 40 heures d’affilée et a une charge utile de 1 000 kilogrammes. Le drone est propulsé par un turbopropulseur Pratt et Whitney PT6A-67A de 12 000 ch, ce qui lui permet de voler à une vitesse d’environ 200 nœuds. La triple redondance de tous les systèmes avioniques du drone en fait un élément puissant de l’arsenal de l’armée de l’air israélienne.

Bien que le Heron TP n’ait été incorporé par l’armée de l’air israélienne qu’en 2010, ce drone armé a déjà été utilisé par les FDI dans des missions de combat. Le Heron TP aurait été utilisé lors de l’opération Plomb durci de 2008, une bataille de trois semaines entre les militants du Hamas et les FDI à Gaza. En 2014, la liaison de données par satellite et les capteurs électro-optiques infrarouges du Heron TP ont aidé les FDI dans l’opération Bordure protectrice à Gaza. L’ancien commandant de l’escadron 210 « Aigle blanc » Eitan d’Israël a expliqué l’utilité du drone au combat : « Nous disons toujours que nous commençons la guerre deux semaines avant et la terminons deux semaines plus tard. Nous commençons à recueillir des renseignements avant que les combats n’éclatent, puis, une fois les combats terminés, nous recueillons des renseignements pour évaluer les dommages infligés à notre ennemi. » Le commandant fait référence aux données d’imagerie et de télémétrie en temps réel que le Heron TP collecte et transmet ensuite au système de contrôle au sol.

Le Heron TP reste un élément essentiel de la flotte croissante de drones de l’armée de l’air israélienne. Sa capacité à rester en l’air plus longtemps et à recueillir des renseignements très précis reste un atout pour l’armée israélienne.

Source : 19Fortyfive & Israël Valley

Partager :