Partager :

En 2021, le shekel est devenu l’une des monnaies les plus fortes au monde, et le déficit budgétaire, qui a explosé à 11,6 % du PIB en 2020 avec l’octroi de subventions et prestations pour aider les personnes touchées par les confinements liés à la pandémie, est maintenant redescendu à 1,2 % du PIB, bien inférieur aux niveaux d’avant la pandémie.

En 2019, le déficit budgétaire était de 3,7 % du PIB. Le ratio de la dette par rapport au PIB, qui avait bondi à 72,6 % en 2020, devrait être d’environ 66 % à la fin de 2022.

« Je ne connais aucun autre pays qui ait réduit son niveau de déficit budgétaire aussi rapidement », a précisé Bahar.

Il y avait, au 12 avril, 92 licornes israéliennes – des entreprises technologiques privées évaluées à plus de 1 milliard de dollars – et 15 nouvelles licornes sont apparues cette année. Elles étaient 42 en 2021 et 19 en 2020, selon Tech Aviv, qui suit l’évolution de l’industrie.

Ces entreprises sont principalement basées en Israël, à New York et dans la Silicon Valley, et emploient un large panel de ressources humaines, avocats, commerciaux, créateurs et professionnels du marketing, programmeurs et ingénieurs.

« Les enfants en Israël aujourd’hui comprennent qu’ils n’ont pas besoin d’être programmeurs pour participer à l’économie de la technologie », a déclaré Eden Shochat, associé chez Aleph VC, qui gère quelque 850 millions de dollars d’actifs.

On enregistre déjà les « premiers signes » de l’effet d’entrainement que ces entreprises technologiques ont sur le reste de l’économie, a-t-il précisé. « Nous voyons des gens qui, historiquement, ne font pas partie de ce secteur, et qui participent maintenant à l’industrie à des postes variés », a-t-il déclaré, ajoutant espérer que l’année à venir renforce cette tendance.

Times of Israel.

Partager :