Partager :

Tout récemment, Nvidia,  entreprise américaine spécialisée dans la conception de processeurs graphiques, de cartes graphiques et de puces graphiques pour PC et consoles de jeux, a débauché l’architecte d’Intel Alder Lake pour renforcer la poussée de sa gamme CPU Arm, mais elle a aussi obtenu une autre embauche de haut niveau, celle de Rafi Marom, directeur de la conception des installations d’Intel en Israël et l’un des responsables de la réussite de l’architecture Tiger Lake, a quitté le navire pour rejoindre les installations de Nvidia dans le pays.

Son nouveau rôle de Senior CPU Director fait de lui l’un des principaux architectes des futurs produits Arm de la société.

Après l’échec de sa tentative d’acquisition de la société britannique, qui a coûté plusieurs milliards de dollars, Nvidia semble doubler ses capacités de conception du noyau Arm afin de repousser les limites. Nvidia a besoin de la conception de ses puces pour servir ses objectifs ; Arm, en revanche, mise sur une conception générale qui peut être appliquée à plusieurs catégories de produits et à plusieurs partenaires.

Le débauchage – ou l’embauche de personnel ayant encore des liens avec leurs contractants actuels – est une pratique relativement courante dans l’industrie des semi-conducteurs. Bien que le secteur ait connu une croissance extraordinaire – et cette croissance ne devrait que s’accélérer – il existe un réel problème de manque de travailleurs technologiques de haut niveau ayant reçu une formation appropriée. Intel, AMD, Nvidia et même Apple embauchent régulièrement des collaborateurs entre eux, ce qui renforce leurs effectifs et leurs capacités de conception et prive leurs concurrents d’atouts précieux.

On s’attend à ce que Nvidia s’appuie sur les connaissances de Marom pour concevoir ses futures offres de CPU basés sur Arm. Ces conceptions seront lancées après la super-puce Grace Hopper de la société, qui exploite 72 cœurs Arm v9 basés sur Neoverse et revendique une amélioration des performances de 10 fois par rapport aux conceptions typiques de CPU x86.

Cette annonce a naturellement attiré l’attention d’Intel, qui a reconnu que l’objectif de Nvidia était de concurrencer le géant bleu dans le domaine des processeurs. Intel a même mis en place un fonds de plusieurs milliards de dollars destiné à retenir et à attirer de nouveaux talents pour éviter des situations de ce genre. Pourtant, ironiquement, un autre membre d’Intel va maintenant faire de son mieux pour faire avancer les objectifs de Nvidia.

Source : TomShardware & israël Valley

Partager :