Partager :

La cérémonie officielle de Yom HaShoah a eu lieu ce mercredi soir au mémorial de Yad Vashem, à Jérusalem. Elle a eu lieu en présence du président et du Premier ministre, de dignitaires, de rabbins et de survivants de la Shoah. Les commémorations se poursuivent ce jeudi dans tout le pays.

Comme chaque année, six rescapés de la Shoah ont été sélectionnés par le mémorial pour allumer six flambeaux, en mémoire des six millions de Juifs assassinés pendant la Shoah.

La présidente du pParlement allemand est arrivée en Israël mercredi pour participer à une série d’événements marquant la journée nationale de commémoration de la Shoah.

La présidente du Bundestag, Barbel Bas, a été accueillie lors d’une cérémonie officielle à la Knesset, au cours de laquelle elle a déclaré que « les leçons de la Shoah nous obligent à ne laisser aucune place à l’antisémitisme. La responsabilité de l’Allemagne n’est pas terminée. Nous sommes aux côtés d’Israël ».

EMMANUEL MACRON (2020). À l’occasion de la Journée nationale du souvenir de la Déportation, Emmanuel Macron s’était rendu au mémorial de la Shoah. Il était revenu sur ces événements de la Seconde Guerre mondiale : « Ce qui s’est passé » ne « doit plus jamais advenir ».

« L’hommage que je souhaitais rendre aujourd’hui, c’est ce devoir que nous devons à toutes ces vies fauchées par les extrêmes, par la barbarie », avait déclaré Emmanuel Macron.
« Et nous avons aujourd’hui un devoir qui est double, le devoir de mémoire […] et le devoir que cela n’advienne plus jamais, en acceptant en rien l’affaiblissement moral qui peut tenter certains, le relativisme qui peut en tenter d’autres, le négationnisme dans lequel certains trouvent refuge. Parce que ce qui s’est passé est inoubliable, est impardonnable : ça ne doit plus jamais advenir », a-t-il poursuivi.

À l’intérieur du Mémorial, Emmanuel Macron s’était arrêté devant le mur sur lequel sont inscrits le nom des 76 000 déportés juifs de France, parmi lesquels 11 000 enfants.

Il avait ensuite visité le centre de documentation, dans lequel ses accompagnateurs lui avaient présenté des archives, dont des listes de déportation et un document de la préfecture de police sur l’organisation de la rafle du Vélodrome d’Hiver, en 1942 à Paris, au cours de laquelle plus de 13 000 juifs avaient été arrêtés.

DUBAI. Une cérémonie de Yom Hashoah  aeu lieu aux Emirats arabes unis en présence d’une délégation venue d’Israël. A l’occasion de cette journée, la tour Burj Khalifa de Dubaï, la plus haute du monde avait été illuminée aux couleurs du drapeau d’Israël.

Les communautés juives de Bahreïn et de Dubaï participent au Yellow Candle Project, la campagne mondiale de commémoration des victimes de la Shoah, par lequel des membres de chaque communauté allumeront une bougie jaune en mémoire du nom des Juifs qui ont péri pendant la Shoah.

A SAVOIR. Plus de la moitié des survivants de la Shoah vivant en Israël ont besoin d’aide alimentaire, et beaucoup disent qu’ils n’ont pas les moyens de s’acheter des produits de première nécessité comme des lunettes ou des appareils auditifs, selon une enquête publiée mercredi à l’occasion de la journée de commémoration de la Shoah.

Dans un sondage réalisé par le Holocaust Survivors’ Welfare Fund, 51 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles étaient tributaires de la nourriture qui leur était donnée par diverses organisations caritatives, un tiers d’entre elles affirmant qu’elles avaient « un besoin urgent » de cette aide.

Selon le sondage, de nombreux survivants de la Shoah disent qu’ils sont obligés de renoncer à des choses essentielles afin d’avoir assez d’argent pour se nourrir. 43 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles n’avaient pas assez d’argent pour acheter des lunettes, 33 % qu’elles ne pouvaient pas se payer des soins dentaires et 27 % qu’elles ne pouvaient pas payer des appareils auditifs.

Yom HaShoah (« Journée de la Shoah »), officiellement dénommé « Journée du souvenir pour la Shoah et l’héroïsme ») est une date fixée par l’État d’Israël dans la seconde moitié du XXe siècle.

Initialement conçue par l’établissement politique pour rendre hommage aux insurgés du ghetto de Varsovie et aux partisans juifs dans lesquels ils voient autant de frères d’armes ou précurseurs des pionniers de la nation israélienne, la journée s’étend à mesure de la compréhension du phénomène à l’ensemble des victimes de la politique nazie d’extermination du peuple juif, et présente Israël comme le seul refuge véritable des Juifs dans le monde. Elle dresse par conséquent un bilan annuel de la prévalence de l’antisémitisme dans le monde.

La commémoration se tient généralement le 27 du mois hébraïque de nissan (entre le début du mois d’avril et celui de mai selon les années) dans le calendrier hébraïque.

Elle donne lieu en Israël à diverses cérémonies civiles, la principale se tenant à Yad Vashem, et à d’autres coutumes, dont les sirènes du souvenir et la marche des vivants, observées par l’ensemble de la population juive israélienne, à l’exception de certains milieux orthodoxes et haredim.

Hors Israël, elle est observée par diverses manifestations imitées du modèle israélien et, dans certaines congrégations non-orthodoxes, à des cérémonies religieuses au moyen d’une liturgie nouvellement élaborée.

Partager :