Partager :

Les minoteries israéliennes, qui importent depuis longtemps des céréales de Russie et d’Ukraine, sont sous le choc de l’interruption brutale des importations en provenance d’Ukraine, déchirée par la guerre.

Shalom Hatuka de Shintraco, importateur israélien de céréales pour la consommation humaine et animale, à hauteur de 600 000 tonnes chaque année: « Nous ne recevrons plus de céréales d’Ukraine : le pays est détruit, les ports et les terres sont en ruine. Le port de Marioupol n’est plus opérationnel : toutes les infrastructures portuaires ont été détruites. »

Avec une part de marché de 10 % en 2021, l’Ukraine était, selon les Nations Unies, le sixième exportateur mondial de blé avec 20 millions de tonnes de blé et de méteil (un mélange de blé et de seigle) et l’un des principaux exportateurs d’orge et de tournesol.

Les négociants en céréales d’Israël achètent à la Russie et à l’Ukraine depuis 40 ans, et ils se sont approvisionnés pour février et mars alors que la guerre semblait inévitable, a précisé Hatuka.

Hatuka a averti que les alternatives n’allaient pas de soi, car la Hongrie et la Moldavie avaient tendance à conserver leur production, et les céréales en provenance des États-Unis et du Canada étaient beaucoup plus chères.

Pour l’instant, la Roumanie permet de compenser une partie de la pénurie, mais les prix sont en hausse de 150 %, à près de 150 dollars la tonne, en moyenne.

« Nous commencerons à le ressentir en avril », a averti Hatuka.

Le ministre des Finances, Avigdor Lieberman, avait anticipé les conséquences sur la farine dès fin février, au moment où la Russie envahissait l’Ukraine, notant que les importations de blé seraient inévitablement affectées et les prix, à la hausse.

Il avait indiqué que les mesures prises par le gouvernement pour éviter la crise seraient insuffisantes, similaires aux tentatives d’arrêter un tsunami avec un parapluie.

Israël importe 60 % à 70 % de son blé de Russie et d’Ukraine, le reste de Hongrie et de Roumanie avec un petit pourcentage des États-Unis et du Canada, a détaillé Kobi Polturak, PDG d’Israeli Flour Mills, qui fournit environ 15 % de la farine moulue d’Israël.

i24News. Times of Israël.

Partager :