Quel bilan de la Présidence Macron sur les relations hightech France-Israël?

Par |2022-04-05T07:12:02+02:004 Avr 2022|Catégories : FRANCE-ISRAEL|
Partager :

Ce lundi dans l’édito de Daniel Rouach sur Radio J (94.8FM) à 7h05. « Le bilan de la Présidence Macron sur les relations hightech France-Israël ». Emission de Ilana Ferhadian.

Bonjour Ilana,

Si je devais évaluer de 1 à 10 l’état actuel des relations hightech France-Israël, ma note serait de 7,5 sur 10. Etant naturellement généreux dans mes notes ma note n’est pas extraordinaire. Je m’explique…

La relation binationale est stable. Rien de saillant. Pas de percée extraordinaire de la France (une faible part de marché en Israël) depuis cinq ans. le Groupe Airbus qui ramène beaucoup de devises à la France n’a pas réalisé des exploits dans le pays. Pas de sous-marins vendus à Israël comme l’a fait l’Allemagne. Les ventes d’armes de la France à Israël sont modestes.

En 5 ans les relations binationales se sont simplement normalisées et aucune crise majeure n’a eu lieu sur le plan de la coopération hightech et scientifique entre la France et Israël. La présence françaises en Israël a été bonne. Quelques milliers d’emplois ont été lancés.

Pas de désinvestissement majeur de la France en Israël. Entre temps les concurrents Américains, Italiens, Allemands, Japonnais, Chinois, Indiens progressent de manière parfois spectaculaire sur le marché israélien.

Le 7 Avril 2022 se tiendra la remise des « Business Awards » de la Chambre de Commerce Israël-France aux entreprises françaises implantées en Israël. Une vingtaine de candidats ont été selectionnés. Le jury a un mal fou pour départager les vainqueurs, ce qui est bon signe…

La crise « NSO » (la France a reproché à Israël d’avoir mis le Chef de l’Etat français sur écoute) a finalement joué un rôle assez mineur durant six mois.

Les plus beaux moments des relations hightech entre les deux pays de ses cinq dernières années ont eu lieu, selon nous, durant le Salon Vivatech qui a attiré en France de nombreuses startup israéliennes.

Un chiffre intéressant  à noter: plus de 150 entreprises françaises sont accompagnées dans leur démarche de développement international sur le marché israélien par Business France-Israël, l’excellent service commercial de l’ambassade de France, qui mérite une note de 10/10 pour la qualité de ses services.

STARTUP NATION. C’était il y a six ans. Dans Les Echos : « Ambiance surchauffée à Tel-Aviv au salon de l’innovation DLD, qui avait pour guest star Emmanuel Macron, reçu par le gourou de la tech israélienne Yossi Vardi. A 73 ans, celui qui a fondé ou soutenu plus de 86 jeunes pousses, tel Mirabilis, l’inventeur de ICQ (cédé à AOL pour $400 millions), n’a pas boudé son plaisir face au patron geek de Bercy.

De son côté, le ministre de l’Economie n’a guère eu de mal à expliquer pourquoi il avait mis le cap sur la « Nation Start-up », second pôle d’innovation mondial derrière la Silicon Valley. « Nous avons besoin de votre énergie ! », a lancé le VRP de la French Tech ».

LE CYBER. Cinq à six ans ans après cette déclaration il n’y a malheureusement pas eu un boom des relations entre la France et Israël dans la hightech. On assiste cependant a de nombreux rachats par des multinationales françaises de startup israéliennes. Le domaine du cyber est en numéro 1. Les visites des ministres français de l’innovation n’ont plus eu lieu depuis la crise du Covid, mais les israéliens n’en veulent pas trop aux ministres français qui font de belles déclarations, juste pour marquer leur passage dans l’Etat Hébreu.

Ce qui a vraiment évolué en cinq ans : les industriels français connaissent bien le potentiel hightech israélien. L’effet « découverte » est terminé. De plus en plus de spécialistes et relais d’affaires existent entre les deux pays. Les français collaborent avec des israéliens sans entraves majeures.

Ce qui est certain : le rôle des relations politiques entre la France et Israël, qui ont joué dans la passé un frein majeur, a diminué fortement. Les français n’attendent pas un feu vert avant de s’attaquer au marché israélien. Ceci est bien le cas dans les domaines du cyber, biotech.

CONCLUSION. Le saviez-vous? Depuis l’élection de Emmauel Macron, des entreprises israéliennes ont été rachetées par des firmes françaises. Des labos ont été montés. Des investissements ont eu lieu. Des emplois ont été créés.

Selon kountrass.com : « 78 % des acquéreurs d’entreprises israéliennes sont américains. Les français rachètent aussi des leaders israéliens. Certains rachètent des petites entreprises comme LVMH, Thales, Havas, Faurecia. D’autres créent des laboratoires locaux, comme STMicroelectronics, Renault-Nissan ou Orange ; d’autres encore investissent dans des fonds de capital-risque et des partenariats locaux, comme Engie, Valeo, Airbus, Thales ou Alstom.

La filiale d’une grande entreprise publique comme EDF est numéro un local de l’énergie solaire, avec plusieurs centrales photovoltaïques installées dans le Néguev. Total ou Sodexo ont également une forte présence en Israël. Le premier y produit des batteries électriques via sa filiale Saft et détient ou co-détient cinq centrales solaires avec Total Eren.

Le second, leader mondial de la restauration collective, emploie plusieurs milliers de personnes dans différentes filiales locales, et s’enorgueillit de détenir la concession de la buvette du Parlement israélien.

Plusieurs groupes français, pour l’essentiel figurant dans le CAC 40, s’illustrent particulièrement en Israël : Altice, Publicis, L’Oréal, Danone et enfin Orange. 

Publicis, dont Élisabeth Badinter est la première actionnaire, est le numéro un de la publicité en Israël, avec une dizaine d’agences. Le réseau gère d’énormes budgets, comme ceux de Coca-Cola ou d’El Al, la compagnie aérienne. Altice, dirigé par Patrice Drahi, propriétaire en France de SFR et de BFM, détient notamment le groupe Hot — télécoms, câble et production audiovisuelle — et la chaîne I24 News. Danone est pour sa part le deuxième actionnaire de Strauss, le leader des produits laitiers frais, qui fabrique et commercialise plusieurs marques du groupe, avec 20 % du capital ».

LE PLUS. Henri Cukierman, Président de la CCFI (Paris). « Israël est-il un partenaire intéressant ? Sur le plan macroéconomique, c’est l’un des pays de l’OCDE qui a le mieux traversé la crise.

Comment expliquer les points forts d’Israël alors que son environnement géostratégique lui impose un budget militaire élevé et que ses ressources gazières récemment découvertes commencent à peine à être exploitées ? Son surnom lui va comme un gant : dans la Start-up Nation, la R & D représente 5 % du PIB, à comparer à environ 2 % pour l’UE ; on trouve en Israël la plus forte densité au monde de start-up, d’ingénieurs et de chercheurs par rapport à sa population.  Et Israël est en excellente position sur le Nasdaq, derrière les États-Unis et la Chine. Shimon Peres disait qu’Israël veut devenir le laboratoire du monde.
Le président du Medef israélien rappelait que le fer de lance de l’économie palestinienne est, comme en Israël, la high-tech et que 100 des 300 entreprises high-tech palestiniennes ont des accords avec des entreprises israéliennes. Depuis plus de dix ans, les Rencontres économiques et technologiques France Israël sont organisées avec la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Île-de-France ; elles portent sur la cybersécurité et donnent lieu à 150 à 250 one to one d’une demi-heure entre grands groupes, PME et start-up français et israéliens. Le dîner annuel de la CCFI est en général présidé par le ministre des Finances ou des Affaires étrangères, il regroupe 400 à 500 leaders d’opinion, PME et grands groupes. Les gouvernements français et israéliens marquent alors l’importance qu’ils attachent au développement des relations économiques entre la France et Israël ». 

Partager :

Partager cet article, Choisissez votre plateforme !

Aller en haut