Partager :

ISRAELVALLEY EXCLUSIF. JOURNAL SUR LA GUERRE EN UKRAINE 2022. Ce journal est destiné à mes amis pour les informer sur la situation de la guerre en Ukraine où je vis.

24/02/2022.

C’est vraiment la guerre, et je vois de première main certaines conséquences:

– La ruée dans les magasins pour faire des stocks. Les 2 supérettes à côté de chez nous ont été vidées en une matinée.

– Ce qui m’a le plus impressionné étaient les longues queues dans les pharmacies. Les gens ont fait des stocks de toutes sortes de médicaments. En 1 journée, les pharmacies ont fermé, leurs propriétaires vont en profiter pour monter les prix.

– La longue queue des voitures devant les stations d’essence. Les caissières étaient débordées et en pleurs. Certains en profitaient pour partir sans payer.

– Les gens qui paniquent, quittent la ville en voiture, et se retrouvent dans des embouteillages monstres. C’est le cas d’un couple d’amis qui ont pris le chemin de la Pologne. Arrivés à la frontière, ils ne peuvent plus passer, car mobilisation générale pour tous les hommes de 18 à 60 ans. Comme tout s’achète en Ukraine, ils sont en train d’essayer de soudoyer les douaniers pour pouvoir passer quand même … mais ils sont des centaines dans ce cas.

– Beaucoup de résidents vont s’installer dans les abris, en général des parkings souterrains, avec eau, nourriture, couvertures. Il y a des séries de rallonges électriques sur une dizaine de mètres pour recharger les téléphones portables. Les voisins se sourient et se parlent, les groupes d’enfants courent et rient dans cet environnement sombre, froid et humide.

– Le gouvernement distribue des armes aux résistants, en fait n’importe qui et n’importe comment. Bien des gens ne savent pas s’en servir. On craint la formation de gangs de voleurs armés.

Des explosions retentissent dans le centre de Kiev. Heureusement, nous sommes à quelques kilomètres du centre, dans une zone résidentielle, entourée de parcs, sans bâtiments militaires ou administratifs. Jusqu’ici, tout est calme et pas de problèmes.

Je reçois des coups de fil presque tous les jours de la part de l’ambassade de France en Ukraine, pour mettre à jour leurs bases de données des citoyens français en Ukraine, mais c’est tout ce qu’ils font. Alors que les ambassades chinoise et espagnole sont déjà en train d’organiser des points de rassemblement et des procédures d’évacuation collectives.

Depuis quelques heures la situation semble se calmer. Zelensky et Poutine seraient en train de négocier …

25/02/2022

Notre voisin, lorsqu’il sortait ses poubelles avec son fils de 8 ans a vu un véhicule blindé ukrainien détruire une voiture civile pleine de forces spéciales russes déguisées en militaires ukrainiens qui faisaient des repérages. Son fils est très choqué. Les images de la voiture détruite tournent en boucle à la télé.

Le plus incroyable, c’est que quelques minutes auparavant j’avais parlé à un de ces russes! J’étais parti chercher de l’eau à la fontaine automatique avec 2 bouteilles en plastique de 6 litres. J’étais accompagné de ma fille de 6 ans. Un type devant moi était en train de remplir 6 grosses bouteilles du même type. J’ai donc patienté. Après un moment, il m’a dit en russe « je vois que vous êtes avec votre petite fille, passez donc devant moi ». J’ai donc rempli mes 2 bouteilles. Après avoir fini, je l’ai remercié, lui ai demandé son nom, lui ai donné une poignée de main en lui disant « Slava Ukraina (vive l’Ukraine) ». Il m’a répondu « je ne suis pas Ukrainien, mais Russe de Saint Petersbourg ». Un peu décontenancé, je lui ai dit « Slava Rossia, Slava Fransa, me vsié bratia » (vive la Russie, vive la France, nous sommes tous des frères). Et je suis rentré à la maison. Plus tard, je l’ai reconnu parmi les cadavres de la voiture mitraillée.

En allant à la pharmacie, nous engageons la conversation avec une habitante du quartier qui d’habitude ne nous adresse pas la parole. Elle a l’air très stressée. Elle nous explique que les fenêtres de son appartement donnent sur le grand boulevard d’Obolon (Heroyiv Stalinghada). Ils voient les explosions et le passage des tanks. Son fils de 8 ans a vu dans la rue un tank qui a tiré sur une voiture qui s’enfuyait. Le gamin est très choqué, et fait maintenant des crises nerveuses.

26/02/2022

Une amie habite à Gostomel près de l’aéroport d’Antonov, à 15km de chez nous. C’est un des rares aéroports qui n’a pas été détruit par les Russes, car ils veulent s’en servir comme base logistique. Elle voit tous les combats de la fenêtre de sa cuisine. La majorité des gens ont abandonné leur appartement. Des voleurs viennent dans les appartements vides. Ils ne cherchent pas de l’argent qui a été emporté par les réfugiés, mais simplement de la nourriture car ils ont faim.

 

Beaucoup de rumeurs indiquent que des soldats russes portent des uniformes ukrainiens. Il paraît qu’une manière de les détecter est de leur demander de prononcer le mot « Паляниця » (Palyanytsya). C’est un mot ukrainien qui désigne une spécialité de pain. Apparemment les Russes n’arrivent pas à prononcer ce mot correctement.

 

Ma compagne qui est ukrainienne mais de culture et de langue russe, a décidé de ne parler que l’Ukrainien à partir d’aujourd’hui, car elle est choquée par l’invasion.

 

L’ambassade de France en Ukraine nous informe que les postes frontière sont saturés, et c’est aussi ce que dit la télévision. Or c’est faux. Comme beaucoup, notre couple d’amis qui n’a pas pu passer la frontière à cause de la mobilisation générale des hommes, a trouvé un hébergement local. La file d’attente est maintenant très petite, et les voitures ne contiennent que des femmes et des enfants. Il est clair que la télévision désinforme. Aujourd’hui encore elle montrait des images de queues immenses à la frontière en les présentant comme des « actualités » alors que ces images étaient vieilles de 2 jours.

 

Une amie nous appelle au téléphone. Son mari est blessé. Ma fille Eva-Maria écoute la conversation en vidéo sur Viber et notre amie s’en rend compte. Elle nous dit que la blessure est à la main, et sans grande gravité. Un peu plus tard l’amie nous envoie un texto en nous disant qu’elle n’avait pas voulu affoler notre fille, mais que la blessure est grave. Son mari participait aux forces d’autodéfense, et il est sérieusement blessé au thorax.

 

En sortant faire des courses, nous remarquons deux personnes qui ne sont pas habillées comme les habitants du quartier. Ils ont l’air bizarre, et examinent les voitures dans le parking. Notre résidence est aisée, et il y a 80% de voitures de luxe, principalement de gros 4×4, des Mercedes, Audi et Porsche Cayenne. Il est clair qu’ils sont en repérage. Je m’arrête et les regarde fixement. Puis je sors mon téléphone et prends des photos d’eux. Ils détournent la tête précipitamment. Je ne vais même pas envoyer les photos à la Sécurité car cela ne servirait à rien. J’ai simplement voulu leur montrer qu’ils sont repérés, en espérant qu’ils iront faire leur mauvais coup ailleurs.

 

Nous apprenons que les tanks russes n’ont plus d’essence et que l’invasion est freinée. En effet, les bruits d’explosions se sont calmés, et les rues sont vides. Le boulevard est étrangement calme, avec très peu de circulation. Les parkings devant les zones commerciales sont déserts. Les parkings des zones résidentielles qui sont d’habitude saturés sont maintenant à moitié vides. On a l’impression étrange d’être dans un film.

 

Les magasins d’alimentation à côté de la maison ont réouvert. La supérette qui propose les produits les moins chers a une queue de 30 personnes qui attendent devant la porte de pouvoir y entrer. Celui qui propose des produits plus chers a une queue de 12 personnes. Le magasin bio, encore plus cher, n’a aucune queue.

 

Il y a 3 jours encore, les masques étaient obligatoires dans le magasin. Les caissières avaient interdiction de nous servir si nous n’avions pas de masques. La contrainte était déjà relâchée dans le magasin : la moitié des gens n’avait pas de masques, et l’autre moitié la portait sous le nez. Depuis l’invasion, plus personne ne porte de masque. Les Russes sont très forts : ils ont tué le Covid!

 

En revenant à la maison, nous constatons que la concierge qui devait rentrer chez elle est encore là. Nous avons en effet 2 concierges qui font leur service à tour de rôle et qui dorment dans la loge. Elle n’a pas pu partir, car les liaisons par autocar sont suspendues. Nous lui offrons quelques provisions et de venir prendre une douche dans notre appartement. Elle accepte volontiers mais en rougissant fortement, car c’est une personne très simple et très humble.

 

La concierge nous apprend qu’un des voisins de notre immeuble a évacué en laissant son chat seul dans l’appartement, en demandant à la concierge de s’en occuper. Elle lui apporte à manger, mais le chat est seul, lui aussi paniqué par les bruits d’explosion. Nous avons convenu d’essayer de gagner la confiance du petit chat et de le rassurer, peut-être de l’héberger avec nous si c’est possible.

 

 

 

 

Partager :