Partager :

L’homme d’affaires Rami Lévy, récent acquéreur de la compagnie aérienne Israir, avait annoncé qu’elle ne volera pas le Chabbat.

Dans une interview accordée à « The Marker », le supplément économique du Haaretz, Rami Lévy avait affirmé ne pas encore avoir pris sa décision définitive mais il avait rappelé que tous les établissements qui sont en sa possession sont fermés le Chabbat.

« Il y a sept jours dans la semaine et il faut un jour de congé lors duquel les gens doivent pouvoir se reposer, aller à la mer ou à la piscine ou tout simplement rester en famille », avait expliqué l’homme d’affaires qui avait estimé que la majorité de la population israélienne est religieuse ou traditionaliste.

« Je veux être au service de toute la population, sans exception, Arabes, orthodoxes ou laïcs » insiste Rami Lévy.

Rami Lévy avait posé la question sur le Chabbat à Ouri Sirkis, directeur-général d’Israir qui lui avait dit que « la compagnie ne fonctionnait qu’à 10% le jour de Chabbat ».

Rami Lévy pense qu’en cessant ces 10% de vols le Chabbat il fera augmenter de 30% la clientèle qui ne voyage pas le Chabbat en ouvrant des hôtels cachères en Grèce, à Chypre ou à Dubaï.

Et quant à ceux qui veulent voyager le Chabbat ? « Ils voyageront avec d’autres compagnies mais si je fais voyager mes avions le Chabbat, le public religieux ne pourra pas utiliser ma compagnie ».

Adapté de LPH (Copyrights).

 

Partager :