Partager :

SPECIAL BEBEL. Un article de Youval Barzilaï (Kibboutz Palmahim). Jean-Paul Belmondo n’a jamais mis les pieds en Israël et n’a jamais été photographié la Kippa sur la tête au Kotel de Jérusalem. Il est cependant très connu en Israël. Belmondo a toujours lutté, à sa manière, contre l’antisémitisme. Peu de personnes le savent : de nombreux producteurs et acteurs qui ont participé à sa carrière étaient juifs.

MORT DE L’ACTEUR. De nombreux israéliens, amoureux du Cinéma français, écrivent, depuis hier soir (et avant Rosh Hachana), sur leurs pages Facebook, des hommages appuyés à la « légende du cinéma français ».

Jean-Paul Belmondo et les juifs ? Lisez donc ce texte (lavie.fr) : « Dans l’obscurité d’une route de campagne la nuit une faible lumière se rapproche : c’est Barny, une jeune femme qui, à vélo, rejoint la petite ville où elle habite. C’est Barny, dont le mari juif a été tué, et qui élève seule sa fille de 8 ans sous l’Occupation, italienne puis allemande. Ce contexte historique est rendu avec beaucoup de réalisme : petites rues et maisons modestes, intérieurs simples que le poêle peine à chauffer, bureau où le personnel presque exclusivement féminin s’observe et, à l’occasion, s’affronte sur les choix politiques. Les pères de famille « ont pris le maquis » et les familles juives se cachent en attendant de pouvoir se mettre à l’abri. Un homme jeune reste : Léon Morin, le curé.

Le réalisateur s’est intéressé, dès sa sortie en 1952, au roman homonyme de Béatrice Beck, mais il a attendu de trouver un acteur capable d’incarner ce personnage de prêtre pour en faire un film. Le choix de Belmondo s’imposera enfin à lui. Et l’acteur reprendra avec une justesse convaincante les dialogues ciselés du roman ».

Autre texte avec une référence sur les juifs : « S’il est un de ses films qui résonne le plus dans les mémoires, c’est bien L’As des As. Réalisé par Gérard Oury en 1982, Jean-Paul Belmondo y campe le rôle d’un entraîneur de boxe en voyage à Berlin pour les Jeux Olympiques dans les années 30. Sur la route, il prend sous son aile un petit garçon juif, poursuivi par la Gestapo, qui compte animer quelque peu son voyage. Véritable succès du côté du public, cette histoire est un classique du répertoire de l’acteur ». Jean-Paul Belmondo, qui a également coproduit le film, aurait renoncé à son cachet car il avait « le désir de stigmatiser sous le ton léger de la comédie, l’antisémitisme et l’intolérance ».

POPULARITE.

IsraelValley a posé la question à de nombreux israéliens. Connaissez-vous Jean-Paul Belmondo? La réponse a été très souvent, « Oui ». L’acteur a toujours été aimé dans l’Etat Hébreu. Il a été le roi du box-office des années 60 aux années 80, réunissant près de 130 millions de spectateurs dans les salles obscures dans le monde entier et également en Israël. Jean-Paul Belmondo avait reçu la palme d’honneur du Festival de Cannes en 2011 (festival très suivi en Israël) et avait été lauréat du César du meilleur acteur en 1989.

Un article, déniché par IsraelValley  explique pourquoi Belmondo était aimé en Israël: « Il fut donc un temps où, pour être une vedette du cinéma français, il fallait en imposer. Des cascades, des répliques gouailleuses, de la présence, de l’individualisme au fond : telles étaient les recettes de la réussite populaire. 

Eh oui ! les Français ont aimé cela, à une époque lointaine où le débat public n’était pas saturé par la disparition de la planète, par le Vivre Ensemble et par la tyrannie des minorités. Être un acteur signifiait prendre des risques pendant le tournage, et incarner des rôles où l’on ne se cachait ni derrière son petit doigt, ni derrière des répliques pleurnichardes et pleines de bons sentiments, ni derrière un éloge de toutes les opinions à la mode. Et ce courage-là, on l’aime ». 

Selon Ouest-France : « Surnommé affectueusement « Bébel », Jean-Paul Belmondo a été l’un des acteurs les plus populaires du cinéma français, alliant charme, gouaille et muscles. Il est mort ce lundi 6 septembre 2021 à l’âge de 88 ans ».

Souvent présenté comme rival d’Alain Delon dont il était pourtant ami dans la vie privée, Jean-Paul Belmondo a toujours eu la cote auprès des Français (et aussi des israéliens!) qui appréciaient sa gouaille et son sourire autant que son talent d’acteur tout-terrain.

« Il restera à jamais Le Magnifique. Jean-Paul Belmondo était un trésor national, tout en panache et en éclats de rire, le verbe haut et le corps leste, héros sublime et figure familière, infatigable casse-cou et magicien des mots. En lui, nous nous retrouvions tous » a pour sa part tweeté le président français Emmanuel Macron.

LE PLUS. Selon i24News :

« Un hommage national sera rendu à Jean-Paul Belmondo jeudi 9 septembre aux Invalides à Paris, a annoncé mardi l’Elysée. L’acteur, décédé lundi à l’âge de 88 ans à son domicile parisien, était une des figures les plus populaires du 7e Art, avec à son actif 80 films, des films d’action aux plus belles heures du cinéma d’auteur.

Il avait été hospitalisé en début d’année pour une fatigue générale. Jean-Paul Belmondo laisse derrière lui des rôles inoubliables, jeune premier la cigarette au bec dans « A bout de souffle » ou pendu à un hélicoptère à Venise dans « Le Guignolo ».

« Il restera à jamais Le Magnifique », a réagi lundi Emmanuel Macron. « Nous nous retrouvions tous » en Jean-Paul Belmondo, a-t-il ajouté, en évoquant « un trésor national, tout en panache et en éclats de rire », « un héros sublime et une figure familière ». « Parmi nos grands acteurs, il était celui qui remportait haut la main la palme du public », a aussi souligné le président français.

Emmanuel Macron avait décoré Jean-Paul Belmondo en novembre 2019 à l’Elysée, en le faisant grand officier de la Légion d’honneur. Deux ans plus tôt, en mai 2017, pendant sa dernière semaine à l’Elysée, François Hollande l’avait décoré des insignes de grand officier de l’ordre national du mérite.

De son côté, le Premier ministre Jean Castex s’est déclaré lundi « très triste » après la mort de celui qui était « vraiment une légende du cinéma français, un très grand symbole de notre patrimoine cinématographique ». »

Partager :