Partager :

Les firmes israéliennes doivent prendre conscience de la focalisation croissante du monde sur les questions de l’environnement et du dérèglement climatique si elles veulent rester concurrentielles, a-t-il été dit lors de la toute première conférence consacrée à l’investissement durable organisée par des dirigeants d’entreprises, mardi.

Selon Times of Israel :

« Ces mises en garde lancées par des experts, des responsables gouvernementaux et d’éminents entrepreneurs se sont adressés aux fabricants mais aussi aux banques et aux compagnies d’investissement qui aident à les financer.

« Les entreprises qui respectent les standards internationaux attireront des investisseurs du monde entier, comme nous-mêmes », a commenté Anat Levine, directrice-générale de Black Rock Israel.

L’Union européenne en particulier exerce de fortes pressions en faveur de l’émission de directives « vertes » que devront respecter les firmes qui travaillent avec le bloc.

Le gouvernement et les entreprises israéliennes ont été plus lents à grimper dans le train de l’investissement durable, sans système communautaire d’échange de quotas d’émission. L’État juif n’a finalement porté que peu d’attention à l’aspect environnemental de ses décisions commerciales, ont dit les participants à la conférence.

Un responsable du ministère de la Protection environnementale a néanmoins noté que les négociations de coalition en cours avaient compris des discussions sur une loi sur le climat, et l’évocation d’un plan de redevance carbone qui aurait pour objectif d’obliger les pollueurs à payer pour leurs émissions.

Selon Levine, les investissements dans les firmes dont les profils en termes de développement durable sont bons ont été multipliés par deux en 2020 et ils devraient tripler au cours des cinq prochaines années.

Les investissements durables ont été le secteur de gestion d’actifs qui a augmenté le plus vite ces dernières années. Les investissements d’impact (qui demandent des bénéfices sociaux ou environnementaux en plus de retours financiers positifs) sont ceux qui se développent le plus rapidement dans cette catégorie, a commenté James Gifford, chef du bureau de conseil en impact au Crédit Suisse ».

Copyrights : Times of Israel.

Partager :