Partager :

Un fonctionnaire qui a aidé le régime nazi à élaborer les lois anti-juives de Nuremberg s’est reconverti après la Seconde Guerre mondiale « en tant que maître de l’espionnage, diplomate et faiseur de roi » et a « joué un rôle clé » dans le développement du programme nucléaire israélien, selon une enquête d’un journal britannique.

Hans Globke était un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur de l’époque nazie et a joué un rôle central dans l’interprétation et la mise en œuvre des lois raciales de Nuremberg, tout en contribuant au « code juif » appliqué en Slovaquie, selon le Times of London.

Lorsque Hitler a pris le pouvoir, Globke « a pris la responsabilité des « questions de citoyenneté et de race » et a reçu les éloges de ses patrons pour son « attitude positive » envers le nazisme, rapporte le Times of London. « En 1936, il a écrit un commentaire juridique tristement célèbre sur les lois raciales de Nuremberg » et son guide « est devenu omniprésent dans les salles d’audience de l’Allemagne nazie », offrant « de nombreuses interprétations sévères des règles ».

ll stipulait, par exemple, que « les relations sexuelles entre Aryens et non-Aryens étaient un crime même si elles avaient lieu en dehors de l’Allemagne ». Il a également introduit le statut qui « obligeait les Juifs à prendre le deuxième prénom Israël, s’ils étaient des hommes, ou Sara, s’ils étaient des femmes, afin qu’ils soient plus faciles à identifier. »

https://fr.timesofisrael.com/

 

 

Partager :