Partager :

Saeid Mollaei, ancien champion du monde de judo, avait fui l’Iran pour l’Allemagne après avoir déclaré que les autorités iraniennes avaient fait pression sur lui pour qu’il abandonne en demi-finales les championnats du monde de 2019 à Tokyo, afin d’éviter un éventuel tour final contre le concurrent israélien Sagi Muki. Depuis, il a obtenu le statut de réfugié en Allemagne et est ensuite devenu citoyen de Mongolie, qu’il représente au Grand Chelem de Tel Aviv de la Fédération internationale de judo qui s’est déroulé ce week-end.

« Je suis en compétition pour la Mongolie. Je ne participe pas à la compétition pour l’Iran … Je fais du sport. J’ai toujours été un athlète, jamais un politicien », a déclaré M. Mollaei au radiodiffuseur public israélien Kan.

Mollaei a pris la deuxième place dans la catégorie des moins de 81 kg après avoir perdu contre l’Ouzbek Sahrofiddin Boltaboev.

L’Iran, qui refuse de reconnaître Israël depuis la révolution islamique iranienne de 1979, a été interdit indéfiniment de compétition internationale de judo après l’incident Mollaei.

Arash Mir Ismaili, chef de la fédération iranienne de judo, a déclaré mardi à l’agence de presse officielle IRNA que Mollaei avait « tourné le dos aux idéaux du régime et aux objectifs du pays … ce qui est honteux ».

Muki, qui a remporté le titre mondial à Tokyo et qui a participé à la compétition à Tel-Aviv, a posté sur Twitter une photo des deux hommes souriant ensemble, légendée avec les mots « Welcome brother », et les drapeaux israélien, iranien et mongol.

Quelque 421 concurrents de 60 pays ont participé au Grand Chelem de Tel-Aviv, ont déclaré les organisateurs. Les concurrents venant de pays étrangers ont bénéficié de dérogations spéciales à l’interdiction de voyager imposée par Israël pendant la pandémie COVID-19.

Source : WorldEinsNews & Israël Valley

 

 

Partager :