Partager :

Editorial. Biden n’a toujours pas appelé Netanyahu.

« Officiellement », et selon des sources américains, « Joe Biden n’a pas téléphoné à Bibi pour ne pas interférer dans la campagne électorale en Israël ». 

La réalité? Joe Biden n’est certainement pas « le pote » de Bibi. Les grandes affiches de Trump et Bibi  à Tel-Aviv lors des précédentes campagnes électorales ont marqué les esprits aux Etats-Unis.

Selon (1) : « Il est devenu impossible d’ignorer que le téléphone du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas encore sonné. Après près de trois semaines de silence des États-Unis à l’égard de leur plus proche allié dans la région, et partenaire indispensable pour contrer les ambitions malveillantes de l’Iran, certains Israéliens commencent à s’inquiéter. De plus en plus d’observateurs estiment que le « non-appel » n’est pas une petite rebuffade (Times of Israel).

Le Monde : « Bibi a modelé son image, au fil de trois campagnes électorales, depuis mars 2019, comme l’un des rares dirigeants au monde à disposer d’un accès quasiment sans filtre à la Maison Blanche, devra affronter une administration démocrate que son entourage craint hostile.

Cet adieu à une communauté de destin s’est d’abord manifesté par un long silence. Le premier ministre aura attendu dimanche matin pour saluer « Joe », en évoquant leur « longue et chaleureuse relation depuis près de quarante ans ». Une proximité scellée aux débuts de M. Nétanyahou, lorsqu’il était un brillant diplomate à Washington, dans les années 1980, et que les deux hommes se fréquentaient en famille, rappelle un conseiller de M. Biden. Le premier ministre s’est félicité de leur travail en commun à venir, sans cependant mentionner la victoire de Joe Biden à la présidentielle, ni son statut de président élu ».

(DR)

Partager :