Partager :

SPECIAL ISRAELVALLEY. Ce matin vendredi ceux qui espéraient l’ouverture de l’aéroport vont être déçus. Il faudra attendre une bonne dizaine de jours avant que le Gouvernement redonne le feu vert à l’ouverture de l’aéroport. Pour freiner la propagation de variants du Covid-19 au moment où la campagne de vaccination bat son plein, l’État hébreu a confirmé la suspension des vols internationaux 

Plusieurs centaines d’Israéliens sont bloqués à travers le monde, en raison de la fermeture prolongée de l’aéroport Ben Gourion et du confinement en Israël. 70 d’entre eux, ayant choisi de célébrer Hiloula à Essaouira, attendent encore d’être rapatriés du Maroc.

Autre impact de la fermeture de l’aéroport. L’arrêt brutal, et sans appel, de l’alyah-boeing. Actualité Juive : « Un pied ici, l’autre là-bas, partir tout en restant, les paradoxes dans lesquels se débattent les partisans de l’alyah-boeing, ceux qui ont choisi de conserver leur travail en France, mais d’habiter en Israël, sont parfois lourds à supporter, malgré le bénéfice pécuniaire ». 

LE PLUS. Pour limiter la hausse des contaminations au coronavirus, Israël étudie la possibilité de forcer les citoyens qui reviennent de l’étranger à porter un bracelet électronique, pour s’assurer qu’ils respectent bien la période de quarantaine requise à domicile, a rapporté vendredi Channel 12.

Pour l’heure, l’aéroport Ben Gourion est fermé jusqu’à nouvel ordre pour éviter la propagation des variants dans le pays, qui ont été importés par les voyageurs.

Cette mesure, généralement utilisée pour les criminels condamnés en résidence surveillée, serait utilisée de la manière suivante: les Israéliens atterrissant à l’aéroport seront conduits dans un hôtel coronavirus, et après avoir obtenu un résultat négatif au Covid-19, ils pourront rentrer chez eux uniquement s’ils acceptent de porter le bracelet, selon le rapport.

Une telle mesure est à l’étude en raison du fait que de nombreux Israéliens n’ont pas respecté la quarantaine imposée après un voyage à l’étranger ou après avoir été cas contact avec un patient confirmé.

Partager :