Partager :

L’an dernier plus de 300 acheteurs étaient en Israël pour la Semaine Internationale du Diamant. Ils seront de nouveau en Israël en 2021.

Selon i24News : « Evénement majeur du calendrier mondial de l’industrie du diamant, plus de 300 commerçants, acquéreurs, courtiers, joaillers et délégations étaient venus de tous les coins du monde pour acheter ou revendre la pierre taillée à la Bourse israélienne du diamant, qui compte parmi les trois premières places boursières mondiales.

« Nous célébrons chaque année plusieurs événements, et le seul où il y a constamment du bruit même pendant les discours officiels c’est celui d’aujourd’hui. Les gens ont déjà commencé à vendre et à acheter, et c’est normal, nous sommes là pour faire des affaires », explique, satisfait, Yoram Dvash, président de la Bourse israélienne du diamant, avant de prononcer sa propre allocution.

L’ambiance est chaleureuse et décontractée malgré les enjeux. Les diamantaires sont tous membres d’une bourse régie par un code éthique, et pour avoir accès à une place boursière il faut y être invité.

C’est là que circulent les rumeurs concernant les prix des diamants ou autres informations internes, même si tout ne se dit pas.

L’entrée au bâtiment Shimshon de Ramat Gan est autorisée après avoir une identification minutieuse, muni d’un tag biométrique, et les empreintes digitales de chacun sont relevées au passage obligatoire d’un tourniquet grillagé.

Vendeurs et acheteurs se retrouvent alors attablés pour examiner les pierres à l’aide d’instruments, et si un client est intéressé, les négociations peuvent commencer. Elles se solderont par une poignée de main, le règlement lui, est fixé à 60 jours.

Dans ce cercle très fermé, « les Juifs ont de nombreuses relations et c’est pour ça que l’industrie israélienne est l’une des plus importantes », a confié le directeur de vente de Rosy Blue, l’un des plus grands négociants en diamants au monde.

« Ils sont aussi capables de tailler les pierres différemment, et sont experts également en diamants de couleurs, c’est un avantage », ajoute-t-il ».

Natalie Madar (I24News).

Partager :