Partager :

Un confinement total rentre en vigueur ce vendredi pour deux semaines, afin de freiner la propagation du coronavirus.

Deux options s’offrent désormais aux Israéliens : se plier au confinement ou tenter l’évasion du pays. Un bon nombre de citoyens ont choisi cette dernière. On a pu ainsi assister ce jeudi à une ruée vers les terminaux de l’aéroport Ben Gourion. Ils étaient plusieurs milliers à être candidats à un bref exil forcé ou non dans l’espoir d’oublier bien sûr les restrictions en Israël. (i24News)

LE PLUS. Près de 10 000 Israéliens ont quitté le pays en moins de 24 heures avant le début du régime de quarantaine. Les Israéliens ont décidé de partir de l’aéroport Ben Gourion sur 42 vols vers des pays «verts» comme la Grèce, l’Allemagne, le Canada et la Grande-Bretagne, et des pays «rouges» comme les États-Unis, la Moldavie et la Turquie. Beaucoup de passagers ont acheté des billets à la dernière minute, sachant que le pays commencerait bientôt à vivre en quarantaine totale.

LE PLUS. Selon i24News : « De nouveaux chiffres publiés indiquent qu’un grand nombre d’Israéliens ayant contracté le coronavirus ne coopèrent pas à l’enquête épidémiologique, dissimulant le nombre réel de personnes avec lesquelles ils sont entrés en contact, et violant régulièrement les directives de quarantaine. Compilée par le commandement du front intérieur de Tsahal, l’étude montre que sur les 340.000 Israéliens censés être en isolement à leur domicile, au moins 140.000 d’entre eux n’étaient que partiellement en quarantaine voire pas du tout.

Ces données sur les violations de la quarantaine, recueillies auprès de diverses sources, révèlent un « phénomène très préoccupant et qui n’a pas de solution », selon l’armée et les autorités sanitaires.  Parmi les principales raisons de cette tendance, le laxisme dans les contrôles policiers et le montant trop peu dissuasif des amendes infligées aux contrevenants, d’après Tsahal.  L’étude montre par ailleurs qu’un nombre inquiétant de personnes testées positives ne fournissent pas de détails suffisamment complets sur les personnes avec lesquelles elles sont entrées en contact dans les jours précédents, entravant ainsi les enquêtes épidémiologiques pourtant cruciales afin de briser les chaînes d’infection.

Selon des études menées dans le monde entier au cours des deux derniers mois, une enquête épidémiologique efficace doit révéler que la personne infectée est entrée en contact avec 18 à 40 individus avant d’être testée positive. Les chiffres en Israël sont toutefois beaucoup plus bas, indiquant des anomalies certaines. Au lundi 21 septembre, parmi toutes les enquêtes épidémiologiques menées, 43,2% des cas confirmés ont déclaré avoir été en contact avec une à quatre personnes, tandis que 22,4% ont déclaré avoir été en contact avec cinq à neuf personnes.  « Ceux qui nous cachent des informations mettent leur famille et leurs amis en danger », a souligné le brigadier général Nissan Davidi, chef du centre de commandement corona du front intérieur de Tsahal ».

Partager :