Partager :

Des scientifiques israéliens disent avoir produit de l’hydrogène à partir de plantes dans un développement qui, espèrent-ils, pourrait éventuellement conduire à l’utilisation de la végétation pour produire de l’électricité et la découverte a été faite en utilisant des algues microscopiques, une plante aquatique, dans le cadre de recherches menées dans un laboratoire de l’université de Tel-Aviv.

« Pour relier un appareil à l’électricité, il suffit de le brancher à une prise de courant. Dans le cas d’une plante, nous ne savions pas où nous connecter », a déclaré Iftach Yacoby, qui dirige le laboratoire des énergies renouvelables de l’université.

Les chercheurs ont planté une enzyme dans des échantillons d’algues et ont observé qu’elle produisait de l’hydrogène, une source d’énergie déjà utilisée pour alimenter les véhicules.

« Nous ne savions pas si cela fonctionnerait, mais nous pensions que cela avait du potentiel », a déclaré M. Yacoby lors d’une visite du laboratoire.

Les résultats de l’étude, un projet de collaboration avec Kevin Redding de l’université de l’Arizona, ont été publiés en avril dans le journal Energy & Environmental Science.

« Dès l’instant où nous avons découvert comment utiliser les plantes pour produire une source d’énergie, les options étaient ouvertes », a déclaré M. Yacoby.

Les recherches naissantes montrent que les plantes ont le potentiel pour produire de l’électricité, a-t-il dit, tout en avertissant qu’il faudra jusqu’à 20 ans pour que le monde entier bénéficie des résultats.

« Il y a beaucoup de choses que nous pouvons envisager de faire grâce aux résultats de nos recherches. L’avenir nous dira ce qu’il en adviendra », a-t-il déclaré.

Source : AFP & Israël Valley

Partager :