Partager :

Tel-Aviv (Ilan Dayan). Un service officiel canadien a publié récemment une série de conseils très intéressants  pour travailler avec les israéliens.  IsraelValley, qui connait Israël « comme sa poche », a fait quelques modifications.
Question : Les démonstrations d’affection, de colère ou d’autres émotions sont-elles acceptables en public?
Réponse : Les démonstrations d’affection sont très nombreuses. Les gens s’échauffent très vite, trop vite (impatience dans les files d’attente). Les jurons partent vite aussi. En général, si une dispute sérieuse éclate, le public aux alentours essaye de calmer la situation. Il y a toujours quelqu’un plus « grande gueule » qui arrive à calmer la situation.
Point de vue canadien :
La colère est un moyen répandu de manifester ses émotions et parfois de façon soudaine et imprévisible.
Les Israéliens se disputent aux étals de légumes, avec les chauffeurs de taxi et au cours de réunions d’affaires.
Comme la colère est partie intégrante de la vie des Israéliens, elle n’est pas prise aussi sérieusement et est souvent considérée comme étant le reflet d’un caractère passionné.
Ceci dit, dans un environnement professionnel, vous n’êtes pas censé vous disputer avec votre supérieur; vous pouvez avoir des divergences musclées avec vos collègues mais il existe tout de même un système hiérarchique qui doit être respecté.
LE PLUS. QUELQUES OBSERVATIONS.
 
Comme dans tout pays, la motivation première de l’employé est la rémunération. En Israël la vie est chère. Les Israéliens n’hésiteront pas à faire des heures supplémentaires pour avoir un meilleur salaire. Dans certaines entreprises, des voyages ou des séminaires sont organisés pour motiver le personnel et des augmentations du taux salarial sont prévues à chaque fin d’année.
La reconnaissance est importante pour les Israéliens – ils aiment être reconnus, distingués et savoir qu’ils ont bien réussi dans une situation risquée. Ils souhaitent se distinguer de leur grade militaire. Ils sont aussi très axés sur la famille et veulent avoir du temps pour s’en occuper et l’agrandir.
 

Partager :