Partager :

SUR RADIO J. EMISSION SUR RADIO J A 14H45. CHRONIQUE DE DANIEL ROUACH,  INVITE DU PROGRAMME DE STEVE NEDJAR.

Le hightech israélien a t-il abandonné à leur sort les jeunes Ukrainiens qui travaillaient comme ingénieurs, designers, créateurs de contenus avant la guerre? La réponse est négative.

Des milliers d’Ukrainiens, considérés comme d’excellents employés, travaillent toujours pour des firmes israéliennes malgré la guerre.

Comme on le sait, la situation de crise en Ukraine a bouleversé le secteur hightech du pays. Les employeurs israéliens, qui étaient très actifs avant la guerre, tentent à présent de s’adapter à la nouvelle situation. Et les embauches reprennent.

Le calme relatif à Kiev et dans d’autres régions d’Ukraine a incité les entreprises israéliennes de haute technologie à reprendre le recrutement dans le pays.

Optimove, qui développe des technologies de marketing pour les entreprises ayant des clients existants, emploie actuellement 30 Ukrainiens à Kiev et Vinnytsia. Optimove a fourni à ses employés un emploi et un salaire stables afin qu’ils puissent subvenir aux besoins de leur famille et développer leur carrière.

La société a également accueilli des travailleurs qui ont dû se déplacer pour des raisons de sécurité ou qui ont été contraints d’interrompre leur travail à cause des sirènes. « Nos travailleurs savent que nous les soutenons de loin et qu’ils peuvent prendre leur temps », a témoigné Renana Levin, HR Business Partner chez Optimove.

La société de jeux SciPlay a récemment lancé une campagne de recrutement en Ukraine à la recherche d’animateurs. L’entreprise emploie 700 salariés dans le monde, et 52 en Ukraine.

« Nous avons récemment recruté sept employés ukrainiens qui ont rejoint l’entreprise, et dans le cadre de la campagne, nous allons en recruter 17 autres. Nous veillons à ce que les employés Ukrainiens bénéficient des mêmes conditions que tous les autres employés, notamment des primes et des avantages sociaux. »

« Ces derniers mois, nous avons organisé un certain nombre de projets de soutien financier et moral aux citoyens ukrainiens dans le cadre d’initiatives émanant à la fois de l’entreprise et des employés du monde entier », a affirmé Mayan Eisner Rosenman, responsable des ressources humaines chez SciPlay.

WALNUT. La startup de démonstration de produits numériques Walnut recrute également des employés ukrainiens. L’entreprise s’est vantée de sa flexibilité et de sa compréhension de la situation des employés du pays et a même aidé certains d’entre eux à trouver un logement.

LE CONTEXTE. La guerre actuelle met en danger l’existence de nombreuses jeunes startups privées de leurs matières grises. Israël est de fait très affecté par la pénurie d’ingénieurs ukrainiens de haute technologie.

Face au pire, certaines sociétés avaient anticipé la guerre en relocalisant les employés et leurs familles dans des zones plus sures et même dans les pays voisins, la Pologne et la Bulgarie.  Cela a imposé de mettre en place des services internet par satellite pour suppléer les arrêts d’Internet classiques.

Les avantages de sous-traitance en Ukraine pour les israéliens sont nombreux : coût de la vie plus bas donc salaires réduits bien que la pénurie ait entrainé une forte hausse relative des salaires. Le partage du même fuseau horaire signifie une communication plus étroite avec le quartier général et enfin l’installation d’immigrants ukrainiens limite les barrières culturelles et linguistiques.

Dans un pays où le salaire moyen est faible, un ingénieur logiciel payé 2.500 dollars par mois devient un homme riche.  Pour une entreprise israélienne, cela représente 50% en moins de ce qu’elle paie au personnel logiciel local.

Partager :