Partager :

AiVF, basé à Tel-Aviv, concepteur de la première plateforme logicielle de FIV basée sur l’IA entièrement opérationnelle, a annoncé cette semaine avoir levé 25 millions USD qui seront utilisés pour alimenter l’adoption de sa plateforme d’IA, « EMA », aux Etats-Unis et en Europe, augmenter ses effectifs et concevoir des solutions additionnelles visant le lancement d’une nouvelle génération de solutions numériques de soins de fertilité.

« Le rêve d’avoir un enfant est devenu plus réalisable pour nombre de personnes en raison de la prouesse technique et entrepreneuriale d’AiVF », déclare Jeff Horing, directeur général d’Insight Partners. « Nous appuyons résolument la direction avertie et la stratégie d’entreprise, et sommes tout particulièrement enthousiastes de prendre part à ce bond en avant dans le domaine des soins de fertilité. »

La plateforme EMA offre un parcours FIV complet optimisé aux personnes désireuses d’utiliser les technologies de reproduction assistée pour créer une famille. Les algorithmes avancés d’apprentissage machine et de vision par ordinateur conçus par AiVF ont le potentiel de raccourcir la durée d’attente précédant une grossesse et d’augmenter la prévisibilité et les taux de réussite d’une FIV.

Les résultats des recherches cliniques réalisées en collaboration avec des cliniques de fécondation in vitro de pointe en Europe et aux Etats-Unis ont démontré que la plateforme EMA fonctionne 50 fois plus rapidement et est 48% plus précise qu’un embryologiste travaillant en clinique. Au bout de trois années d’importants travaux de recherche et de développement, la plateforme est désormais opérationnelle dans l’ensemble de l’Europe et de l’Asie. AiVF prévoit son déploiement rapide, alors que les cliniques de fertilité s’apprêtent à intégrer les technologies FIV de deuxième génération pour améliorer les soins FIV.

« Notre vision consiste à aider les personnes à réaliser leur rêve de fonder une famille », affirme Daniella Gilboa, cofondatrice et PDG d’AiVF, et embryologiste clinique. « Nous mettons sur le marché des produits novateurs, en améliorant simultanément la science de la médecine reproductive pour lancer la prochaine génération de soins de fertilité. »

Depuis la naissance, il y a 43 ans, du premier bébé par fécondation in vitro, les avancées en matière de traitements de fertilité ont abouti à la naissance de millions d’enfants. Cette technologie est cependant devenue coûteuse et désuète, et incapable de répondre à l’essor de la demande. On estime que d’ici la fin du 21e siècle, le nombre de bébés nés à travers le monde à la suite d’une FIV pourrait dépasser un milliard.

« Nous sommes désormais en mesure de tirer parti des données pour accroître le nombre de nos cliniciens hautement formés, améliorer l’efficacité des soins et fournir un nouveau niveau de soins de fertilité pour tous », ajoute le Professeur Daniel Seidman, cofondateur d’AiVF, directeur médical et spécialiste en FIV de renommée internationale.

Source : Business Wire & Israël Valley

 

Partager :