Partager :

L’édition 2022 du salon Eurosatory, le plus grand salon professionnel international dédié à la défense et à la sécurité terrestres et aéroterrestres, s’est terminée hier et son thème était « détecter, comprendre et détruire les nouvelles menaces ».

Se tenant tous les 2 ans, ce salon réunit les acteurs du secteur de la défense : décideurs politiques, représentants de la défense des nations alliées et industriels de l’armement.

Inauguré par le président de la République, Emmanuel Macron, ainsi que par le ministre des armées, Sébastien Lecornu, le salon a accueilli plus de 60 pays présentant leurs véhicules, équipements et systèmes de défense dont une forte délégation israélienne, comme Israël Valley en a parlé.

Parmi les éléments remarqués a figuré la tenue du combattant qui se modernise : un système militarisé de géolocalisation et de synchronisation (P3TS), des optiques antireflets et supe hydrophobes (F-Mars), un dispositif d’aide au posé de nuit pour les chuteur opérationnel (DAPCO) mais également un afficheur tête haute permettant aux opérateurs des forces spéciales de lire des informations de navigation sans occulter leur champ de visions (Athos) qui équipe maintenant les soldats français.

D’autres programmes permettent d’améliorer la protection, l’équipement et la mobilité du combattant : des casques balistiques avec une capacité d’emport accrue (F3+), des bouchons intra-auriculaires protégeant l’audition sans nuire à l’intelligibilité des communications (Senti-Bang), un système de mise à terre des chuteurs opérationnels (SMTCOPS) permettant aux forces spéciales de porter non plus 160 mais 200 kg à 90 000 m d’altitude, ainsi que des détecteur acoustiques de menaces sur le casque détectant les drones et tirs pour se protéger et riposter le plus rapidement possible (Slac).

Du côté de la simulation, de nombreux outils ont été présentés : outils de simulation capacitaire, caisse à sable numérique, système d’entraînement à l’interprétation d’images collectées par des drones, simulateurs de tirs virtuels, outils d’aide à la décision de recherche et de sauvetage au combat. Devenue une nécessité, la simulation permet aux forces de s’entraîner encore plus, d’améliorer la prise de décision et de faire face aux menaces dans les champs matériels et immatériels.

Durant ce salon a été l’occasion pour les industriels, chefs d’état-major étrangers et les politiques de se rencontrer, de découvrir de nouvelles innovations et de développer la synergie occidentale.

Source : Ministère français de la Défense & Israël Valley

 

Partager :