Partager :

Selon un rapport de Greenfield Partners, basé à Tel Aviv, au cours du premier trimestre 2022, un total de 132 startups israéliennes à différents stades ont levé 5,95 milliards de dollars de fonds. Ce chiffre marque une légère augmentation par rapport à la période correspondante en 2021 (5,90 milliards de dollars), mais une baisse significative par rapport au trimestre précédent (8,88 milliards de dollars).

Le rapport montre que 2,35 milliards de dollars ont été levés en janvier 2022 par le biais de 42 opérations, 1,27 milliard de dollars par le biais de 38 opérations en février et 3,23 milliards de dollars par le biais de 52 opérations le mois dernier. La plupart des opérations (69) ont été évaluées à moins de 25 millions de dollars, tandis que 19 ont permis de lever plus de 100 millions de dollars chacune.

Au cours de cette période, 10 nouvelles entreprises israéliennes ont rejoint le prestigieux club des licornes (valorisées à 1 milliard de dollars ou plus). Il s’agit de BigPanda, leader de l’intelligence artificielle (190 millions de dollars), de Capitolis, entreprise de technologie financière (110 millions de dollars), de Firebolt, entrepôt de données (100 millions de dollars), de Island, entreprise de cybersécurité (115 millions de dollars), de Pentera, entreprise de cybersécurité (150 millions de dollars), de Placer.ai (100 millions de dollars), de RapidAPI (150 millions de dollars), de StoreDot, entreprise de technologie des batteries (inconnue), de Tripledot Studios, entreprise de jeux (116 millions de dollars) et de Veev, entreprise de technologie du bâtiment (400 millions de dollars).

Les entreprises technologiques israéliennes ont levé un montant record de 25,4 milliards de dollars en 2021, selon la Start-Up Nation Central basée à Tel Aviv, qui doit encore publier des statistiques pour le premier trimestre de 2022. Estie Rosen, directrice mondiale des relations publiques chez Start-Up Nation Central, qui promeut l’écosystème technologique israélien, a déclaré à Al-Monitor qu’elle n’était pas préoccupée par la baisse enregistrée au cours du premier trimestre. « 2022 ne sera pas comme 2021 en termes de collecte de fonds, mais le secteur israélien de la haute technologie est là pour rester », a déclaré Rosen, ajoutant qu’elle s’attend à « une certaine correction » du marché après cette année record.

Selon Mme Rosen, les solutions israéliennes en matière de cybersécurité, de fintech et d’entreprises informatiques continueront à susciter l’intérêt des investisseurs. Les chiffres confirment cette idée. Au cours des trois premiers mois de 2022, près de 29 %, soit 1,7 milliard de dollars, ont été levés par des start-ups de cybersécurité ; 16 %, soit 942 millions de dollars, par des start-ups de données/AI/ML et 13 %, soit 754 millions de dollars, par des fintech et des technologies d’assurance. Par ailleurs, 8,5 %, soit 506 millions de dollars, ont été levés par des entreprises du secteur de l’immobilier et de la sous-traitance, tandis qu’un peu plus de 8 % ont été levés par des startups du secteur de la santé.

Guy Preminger, associé et responsable de la technologie chez PwC Israël, qualifie la baisse des levées de fonds de « naturelle » après le pic de l’année dernière. Il s’attend donc à ce que la baisse se poursuive jusqu’en 2022. Tout en soulignant que le secteur israélien de la haute technologie est « puissant et performant », Preminger relie la chute des investissements aux évolutions mondiales. « Les investisseurs sont désormais plus prudents en raison de la situation mondiale, avec une inflation rapide et des taux d’intérêt en hausse. [Les sociétés de capital-risque] envisagent le long terme avec une certaine inquiétude en raison de la hausse attendue des taux d’intérêt, et préfèrent donc ralentir à ce stade ».

Ofer Shoshan, venture partner de la plateforme d’investissement OurCrowd, a ajouté une autre raison à ce ralentissement : « Depuis le début de l’année en cours et surtout l’invasion de l’Ukraine, nous observons une baisse des investissements. Plus précisément, les startups en phase de démarrage sont celles qui ont le plus de difficultés à lever des fonds. Les startups dans les domaines de la cybersécurité, de la défense et de l’énergie sont celles qui suscitent le plus d’intérêt. »

Shoshan a souligné que la diminution des investissements ne devrait pas affecter les startups israéliennes. « Au cours de l’année dernière, de nombreuses entreprises ont renforcé leurs réserves de trésorerie et seront donc en mesure de traverser les deux ou trois prochaines années, même dans un marché inflationniste. La plupart de ces entreprises sont déjà bien établies avec un flux stable de revenus et de ventes. »

Selon M. Preminger, les fondamentaux du secteur israélien de la haute technologie assurent son avenir à long terme. Il parle de trois composantes qui placent le secteur israélien de la haute technologie au sommet de l’industrie mondiale : le talent, la rapidité de réaction et l’esprit. « Vous pouvez trouver des ingénieurs talentueux dans d’autres endroits du monde, mais vous ne pouvez pas trouver l’esprit spécial de créativité et d’innovation créé ici. La combinaison de ces trois facteurs suscitera toujours l’intérêt des investisseurs », a-t-il déclaré.

Source : Al Monitor & Israël,Valley

Partager :