Partager :

ISRAELVALLEY SPECIAL. (Daniel Rouach). Les Universités israéliennes de management aiment beaucoup accueillir des étudiants Français pour des semestres d’études. Ces derniers représentent une source de revenus importante et sont considérés comme souvent brillants. C’est le cas de IDC à Hertzliya qui accueille les bras ouverts des jeunes français de talent.

Mais en matière de coopération inter-universitaire entre Israël et la France dans le domaine du management, les résultats ne sont pas à la hauteur entre Business School françaises et Israéliennes. Le Groupe HEC a toujours hésité avant de signer des accords de grande envergure avec Israël. Un des Dean d’HEC (en place durant plus de dix ans) avait refusé toute coopération formelle avec Israël. Ce Dean n’avait jamais parlé formellement de boycott académique d’Israël. Si cela avait été les cas, les portes se seraient fermées aux étudiants de HEC dans les grands campus américains, très engagés dans le front anti-boycott.

L’INSEAD, implantée à Fontainebleau, possède un statut spécial (hors système d’éducation Français), et accueille tous les ans de nombreux israéliens qui font un MBA. Après leur diplôme à l’INSEAD des salaires astronomiques leurs sont proposés par les employeurs.

Le nombre d’israéliens qui résident en France pour des études de management est faible. Pas plus de 20-30 étudiants par an. Peu de Professeurs israéliens viennent en France pour des enseignements et recherche dans le domaine du management. Les profs israéliens sont obnubilés par les Etats-Unis. Il faut reconnaître que les grandes universités américaines de management offrent des honoraires et salaires énormes, et qui n’ont rien à voir avec les salaires français. Les budgets de recherche israélo-américains en management sont énormes.

Les universitaires israéliens sont très peu informés sur l’importance des Grandes écoles françaises. Ils connaissent par coeur le système américain. Kellog’s, Wharton, Harvard, le MIT, American University, Stanford, University of California … ont des relais hyperactifs en Israël. Ils sont souvent persuadés que le Français ne parle pas l’Anglais. Ce qui est ridicule. Impossible d’être sélectionné dans une grande école en France sans parler un Anglais de bon niveau.

Depuis quelques années des initiatives ont eu lieu. Des missions d’étudiants français en Israël se multiplient. L’ESCP a toujours été depuis 15 ans active sur l’axe France-Israël. Un accord cadre a même été signé avec le Technion. L’Université de Tel-Aviv a un accord avec l’ESCP.

A HEC et ESSEC des actions ont eu lieu. Ce sont les associations étudiantes qui jouent le rôle de moteur de la coopération. La Fondation France-Israël joue un rôle important qui mérite d’être souligné. L’Ambassade de France en Israël, très dynamique, a joué un rôle de catalyseur. Des associations d’anciens étudiants des grandes écoles jouent un rôle essentiel. Mais sans missions terrain, impossible d’aller plus loin.

ESCP MISSION TERRAIN. Des étudiants de ESCP Business School (Cours de « Consulting Dynamics ») étaient en Israël du 24 au 29 Avril 2022. Ils sont retournés, très satisfaits, vers la France et l’Italie hier soir. Leur lieu de résidence durant leur séjour dans l’Etat Hébreu : l’incroyable Avraham Hostel (Tel-Aviv), un havre de paix à un prix très attrayant pour les jeunes voyageurs du monde entier.

Les étudiants, survoltés par l’ambiance de Tel-Aviv (day and night!), ont très peu dormi, car le voyage était d’une intensité redoutable. Un véritable marathon dans la Startup Nation…

Cette mission universitaire financée principalement par un grand groupe mondial de consulting (Accenture) a rassemblé des étudiants de plusieurs nationalités. Avant leur déplacement en Israël, plusieurs conférences sur le modèle israélien de l’innovation ont eu lieu. Depuis des années l’ESCP manage des accords avec Tel-Aviv University et le Technion. Les services de communication de l’ESCP préparent un film sur cette visite.

Ron Waldmann, Yossi Dan, Dr Daniel Rouach avaient eu l’occasion de présenter à Paris (et Zoom Conférence) le livre « IsraelValley, le bouclier technologique de l’innovation » (co-écrit par Edouard Cukierman et Daniel Rouach).

Des étudiants de l’ESCP ont réalisé durant trois mois, et avant leur voyage en Israël, une étude sur les « Complémentarités Technologiques entre la France et Israël ». Plus de 15 experts ont été interviewés. Cette étude d’une qualité exceptionnelle sera présentée au public avant Vivatech 2022 à Paris (15 Juin).

En raison d’une grève du Ministère des Affaires étrangères israélien les étudiants Chinois, Indiens de l’ESCP, et qui avaient besoin d’un visa pour entrer en Israël, n’ont pas pu se rendre en Israël car le Consulat ne délivre plus de visa depuis des semaines.

Cette « Learning Expedition » très condensée (visites de startups, trois villes Haïfa, Jérusalem, Tel-Aviv) a été coordonnée par Jeanine Tuil de la CCIIF Tel-Aviv. Dr Daniel Rouach (Professeur ESCP) et Yossi Dan (Challengy) ont managé l’opération. IsraelValley a été chargé de la promotion de cette mission.

Les étudiants de l’ESCP Business School se sont rendus au Technion de Haïfa; à IDC Hertzliya; Ville et environs de Jérusalem (lieux chrétiens et Kotel); incubateur Urban Place (Tel-Aviv) (1); Bitcoin Embassy (Tel-Aviv); Bourse de Tel-Aviv; Tour Migdal Shalom (Tel-Aviv) ; Incubateur MindSpace; la startup Bits of Gold (leader du bitcoin en Israël); Qedit (BlockChain); Bel-Air (Urban Space); Mer Morte (Dead Sea) et Bahaï Gardens (Haïfa).

Yossi Dan, expert en innovation, a invité (durant toute une matinée) les étudiants à rencontrer une douzaine de CEO de startups à Mindspace. Les étudiants ESCP ont passé une soirée mémorable avec des étudiants internationaux de IDC Hertzliya. Un networking inoubliable.

Selon les organisateurs : « Ce voyage a eu pour but de faire connaître Israël et son écosystème, plus spécifiquement le Technion de Haïfa avec des cas d’études concrets.
(1) Urban Place (UP) a été créé par Bernard Kalfon, Romain Levy et Claude Bismuth.  Ils ont été rejoints ensuite par Nissim Lehyani, issu du monde de la Tech qui pilote depuis San Francisco tous les outils techniques d’Urban Place.
Pourquoi le coworking?
Quand le phénomène du coworking est né, l’idée de départ était de permettre aux travailleurs indépendants de ne pas rester isolés chez eux et de pouvoir trouver, dans ce lieu et à travers ce réseau, un espace de socialisation comparable à une entreprise. Le coworking présente également l’avantage de rendre accessible financièrement la location de bureau pour ceux qui n’en ont pas les moyens mais le besoin. C’est ainsi que de nombreuses start-up ont pu voir le jour grâce au coworking et que de petits indépendants ont enfin réussi à lancer leur affaire.
Créer une communauté
Les fondateurs d’Urban Place viennent d’horizons différents. Claude Bismuth était chef d’entreprise dans le prêt-à-porter, avant de devenir  »business angel » soit investisseur dans des projets de start-up. Bernard Kalfon est, lui, issu du monde de la finance; quant à Romain Levy, il est notaire.
C’est à partir de leurs besoins personnels consécutifs à leur alya que les trois hommes ont pensé au concept de base de Urban Place. « Claude et Bernard avaient besoin de bureaux », nous raconte Romain, faisant des créateurs les premiers clients de leur propre projet. « Nous avons pris un espace pilote que nous avons utilisé nous-mêmes puis nous avons pensé le concept plus loin ».
A cette date, le monde du coworking en Israël est dominé par la société américaine « We Work ». Les concepteurs d’Urban Place ont voulu construire leur propre modèle, « avec notre ADN », se souvient Romain. L’idée qui s’impose est celle d’aller au-delà de la simple location de bureaux et de créer une communauté. Cela se décline par un service personnalisé et attentionné pour chaque locataire. « Urban Place a innové dans ce domaine: nos clients sont des membres et nous avons fondé un club et non une société de pure location de locaux ».
Urban Place propose ainsi à ses membres des bureaux en open space, mais aussi individuels, ainsi que des salles de réunion et des espaces communs d’échange.
Pour aller plus loin
Urban Place, 3 Bld Rotschild, Tel Aviv
Tel: 03.925.925.9
Site internet: www.urbanplace.me
Guitel Ben-Ishay
https://lphinfo.com/urban-place-travail-rime-partage/
Partager :