Partager :

En 2018, le président russe Vladimir Poutine a hérité d’un appartement du centre de Tel-Aviv. Il l’avait offert à son ancienne professeur d’allemand, Mina Yuditskaya Berliner.

En 2005, Mme Berliner a découvert que le président de la Russie était en visite en Israël, pays où elle avait fait son aliyah depuis l’Ukraine au début des années 70. Elle a contacté l’ambassade de Russie en Israël, et leur a dit qu’elle aimerait bien rencontrer son ancien élève, Vladimir Poutine.

Madame Berliner a été la professeur d’allemand de Poutine de 1967 à 1968 dans l’école 281 à Saint-Pétersbourg, puis Leningrad. Cinq ans plus tard, elle fit son aliyah, et perdit le contact avec son élève.

Entre 1967 et 1968, parmi ses nombreux étudiants, il y avait un adolescent calme et sérieux, qui séchait les cours mais réussissait toujours ses examens. Après l’obtention de son diplôme, il suit sa propre voie et Yuditskaya fit son alya, sans imaginer que leurs chemins se croiseraient à nouveau – jusqu’à ce qu’elle le voie à la télévision.

C’était à la fin des années 1990. Son ancien élève se tenait à côté du président russe de l’époque, Boris Eltsine, et était décrit comme le chef du service de Sécurité de la Russie, le KGB. Son ancien élève s’appelait Vladimir Poutine et, au cours des 15 années qui se sont écoulées depuis que Mme Yuditskaya l’a vu pour la dernière fois, ce jeune homme autrefois timide était devenu l’une des personnalités les plus puissantes et les plus controversées du monde.

Mme Yuditskaya ne pouvait probablement pas prévoir le destin de son élève lorsqu’il est revenu dans sa vie sur l’écran de son téléviseur. Elle n’avait pas non plus prévu qu’elle finirait par le rencontrer en personne et qu’un lien inhabituel se créerait entre eux.

« Lorsque j’ai appris qu’il venait en Israël en avril 2005, je suis allée au consulat russe et j’ai dit que je voulais le voir. Je leur ai laissé mes coordonnées, et quand il est arrivé, ils m’ont envoyé un taxi. Je suis ensuite monté dans un bus avec des anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale, qui allaient le rencontrer, et nous avons été emmenés à Jérusalem. Lorsque nous sommes arrivés à son hôtel, j’étais la dernière à descendre du taxi. Je marchais dans le hall et soudain, toutes les lumières se sont braquées sur moi. Tous les journalistes se sont tournés vers moi et tous les anciens combattants ont commencé à m’applaudir. »

Après quoi, Vladimir Poutine l’a personnellement invitée à prendre le thé, en privé. Il a présenté son professeur au président israélien de l’époque, Moshe Katsav, lequel lui aurait demandé si le dirigeant russe était un bon élève, selon une interview de 2014 diffusée par le Yedioth Ahronoth.

« Il m’a invité à prendre le thé avec lui, et j’ai trouvé cela un peu étrange puisque nous étions déjà assis autour d’une table de dîner. »

Yuditskaya a ensuite été abordée par deux personnes qui l’ont emmenée dans un couloir latéral. Là, elle a rencontré Poutine, qui l’a escortée dans une autre pièce.

« Tout en marchant, il m’a dit : ‘Je suis déjà devenu audacieux’, et j’ai répondu : ‘Je le vois bien’”.

De la conversation privée qu’ils ont partagée autour d’un thé, Mina se souvient d’une anecdote : Poutine avait du mal à comprendre comment les Israéliens vivent avec un temps aussi chaud.

« Il a mentionné qu’il faisait très chaud ici, et j’ai répondu ‘oui, mais je suis sauvé par le mazgan (climatisation en hébreu)’. Je n’avais pas réalisé que j’avais dit un mot hébreu, et je pouvais voir sur son visage qu’il voulait me demander ‘qui est Mazgan ; qui est cette personne qui m’a sauvée ?’, alors je lui ai expliqué.

Au cours de notre conversation, je me suis comportée comme une enseignante parlant à son élève – j’ai parlé et parlé et je ne lui ai pas laissé la chance de placer un mot ».

Avant de quitter l’hôtel, un homme s’est approché de moi et m’a donné un sac sur lequel était écrit « Le Kremlin ».

« Je l’ai ouvert le lendemain et à l’intérieur il y avait une montre, et au dos était gravé ‘Du président’ ».

Après leur rencontre, Mme Berliner a commencé à recevoir des cadeaux, dont une montre et la biographie de Poutine.

Quelques jours plus tard, quelqu’un a frappé à sa porte et lui a livré l’autobiographie de Poutine. Sur la couverture intérieure, une dédicace était inscrite : « A Mina, avec amour », accompagnée de la signature du président.

Jusqu’à ce qu’un jour, un employé du gouvernement russe se présente à sa porte et l’emmène voir un appartement dans le centre de Tel-Aviv, que Vladimir Poutine avait décidé de lui offrir.

Le premier appartement était spacieux et luxueux, et était situé dans une rue branchée, Shenkin Street. Le second était plus petit, il n’avait qu’une chambre à coucher, et se situait non loin de là, au 17 Pinsker Street, tout près du Shouk HaCarmel, le vibrant marché en plein air de Tel-Aviv. Ce qui fait que si vous habitez là, votre copropriétaire s’appelle Vladimir Poutine.

« Je lui ai dit qu’il fallait qu’il soit proche de l’arrêt de bus, du médecin et du marché », a déclaré Berliner, qui a opté pour ce dernier.

« À partir de ce moment-là, tout s’est passé très vite. En quelques mois, les déménageurs sont venus, ont tout emballé et ont installé mes affaires dans mon nouvel appartement. Il n’y avait pas grand-chose, alors Poutine m’a même acheté de nouveaux appareils électroménager. »

Lorsque le professeur est décédé en décembre 2017, l’ambassade de Russie a envoyé un représentant pour assister à la cérémonie funéraire et a payé pour l’enterrement.

Dans son testament, Berliner avait inscrit son souhait de faire donation à Poutine de l’appartement qu’il lui avait offert.

© Jean-Patrick Grumberg pour Israël 24/7

Israël 24/7 ne vous spammera jamais ! 

Partager :