Partager :

Le fond VC Takwin a annoncé fin mars avoir levé 80 millions de dollars pour investir dans des startups fondées par des entrepreneurs arabes israéliens et c’est la deuxième fois qu’il se se lance dans une telle mission. Parmi les investisseurs figurent des personnalités telles que le président du JVP, l’ancien membre de la Knesset Erel Margalit, et Chemi Peres, fils de l’ancien président Shimon Peres, qui est un partenaire fondateur du fonds de capital-risque Pitango.

Bien que les Arabes israéliens représentent environ 21 % de la population totale d’Israël, ils souffrent d’une sous-représentation dans le secteur des hautes technologies. À ce jour, seuls 7 500 Arabes israéliens travaillent dans ce secteur, où ils ne représentent que 2 à 3 % de la main-d’œuvre. En ce qui concerne les start-ups fondées par des entrepreneurs arabes, le tableau est encore plus sombre. « Sur les 10 000 start-ups en Israël, seule une centaine a été fondée par des entrepreneurs arabes », a déclaré Khalil Shawahna, un entrepreneur de la ville de Sakhnin. Shawahna faisait partie d’un groupe de discussion sur l’entrepreneuriat et la haute technologie dans le secteur arabe, lors de la deuxième conférence annuelle du Forum économique arabe le mois dernier.

« La société arabe est riche de jeunes entrepreneurs talentueux dont les rêves sont restreints par les opportunités limitées qu’ils rencontrent dans le secteur de la haute technologie en Israël. Les facteurs géographiques et sociétaux constituent des barrières importantes mais pas insurmontables », a déclaré Imad Telhami, partenaire fondateur et président de Takwin. « S’attaquer à ces obstacles permet non seulement de faire avancer les aspirations d’un large segment ignoré de la population, mais aussi de faire progresser le bien collectif de tous les Israéliens, si l’on veut que le secteur des hautes technologies réponde aux demandes croissantes de talents et d’innovation. Nous avons fondé Takwin avec l’intention principale d’égaliser les chances et d’intégrer des Israéliens arabes brillants et ambitieux. »

Le véritable changement s’est produit dans le domaine de l’esprit d’entreprise dans la société arabe. Si, par le passé, l’objectif était de s’intégrer dans des entreprises existantes, il existe aujourd’hui une nouvelle génération de spécialistes arabes de la haute technologie qui ont quelques longueurs d’avance. Leur objectif est de créer leur propre entreprise, au lieu de se contenter du titre d’ingénieur dans une société de haute technologie existante. Ils veulent vivre le rêve israélien de la startup.

Dans le cadre du plan gouvernemental, l’Autorité pour l’innovation et l’Autorité pour le développement économique des populations minoritaires ont lancé en janvier dernier un programme global de cinq ans visant à promouvoir la haute technologie et l’innovation dans la société arabe, pour un coût de 225 millions de shekels. Le programme comprend la création d’un incubateur pour encourager l’esprit d’entreprise arabe, dans le but de promouvoir l’établissement de nouvelles startups dans le secteur arabe.

Mohammad Owesat fait partie de cette nouvelle génération d’entrepreneurs. Il a débuté sa carrière en tant qu’ingénieur chez Intel, et est aujourd’hui partenaire fondateur de la startup Kideo. Fondée en 2018 dans la ville de Tamra, dans le nord du pays, Kideo développe des jeux éducatifs pour les enfants de 3 à 14 ans. À ce jour, elle compte 250 millions d’utilisateurs dans le monde. L’entreprise est désormais à la recherche de nouveaux investisseurs.

Dans une conversation avec Al-Monitor, Owesat a félicité Takwin pour sa déclaration, en disant : « Toute initiative visant à contribuer à l’industrie de haute technologie dans la société arabe doit être félicitée. Récemment, nous avons assisté à un élan significatif dans l’exposition générale à la technologie dans la société arabe. C’est le résultat de nombreuses années de travail acharné d’organisations non gouvernementales et d’entrepreneurs individuels, qui ont veillé à créer une nouvelle génération de personnes désireuses de changer les règles du jeu. »

Owesat raconte que lorsqu’il s’est lancé il y a cinq ans, il lui a fallu beaucoup de courage et de confiance en lui. « Avec quelques amis qui travaillaient avec moi chez Intel, nous avons décidé que nous étions capables de créer quelque chose de nouveau, et que nous pouvions le faire nous-mêmes. C’est ainsi que nous avons lancé Kideo. Avec le recul, je suis convaincu que les chances de réussite aujourd’hui [pour les jeunes entrepreneurs arabes] sont beaucoup plus élevées que par le passé. »

Et d’ajouter : « L’une des raisons en est que nous disposons désormais d’une communauté d’entrepreneurs dans la société arabe qui soutient chacune de ces démarches. Si, par le passé, le passé et l’origine des personnes constituaient un obstacle, nous pouvons dire aujourd’hui que ce facteur est beaucoup moins présent chez les investisseurs importants. À l’heure actuelle, notre entreprise compte 20 employés, dont des ingénieurs issus du secteur juif. Nous avons récemment commencé à envisager d’approcher des fonds de capital-risque comme Takwin afin de lever des fonds pour investir dans l’entreprise. »

Source :; Al Monitor & Israël Valley

Partager :