Partager :

TEMOIGNAGE. Le Professeur Daniel BENITAH a écrit un texte non conventionnel mais qui mérite toute notre attention : « J’ai fait mon alyah, il y a presque huit ans. Huit ans déjà … Beaucoup d’efforts pour s’acclimater, pour faire le dos rond lorsque la tempête relationnelle à l’autre est difficilement surmontable.

Lorsque j’ai intégré tout cela, l’osmose s’est faite et installée et j’ai pu me sentir appartenir fraternellement à mon peuple, quand bien même, il y a plus de soixante origines ethniques en Israël -chacun apportant sa langue, sa cuisine, son éducation etc. J’ai été admis à mon examen d’insertion.

Et là, on ressent un sentiment de fraiche jeunesse, on a vingt ans, on veut tout recommencer, on veut créer, on visite les Start up de tout le pays, on apprend on écoute, on découvre, et notre envie de faire, et faire encore est centuplée. Alors pourquoi pas moi ? Ma rencontre avec des physiciens de renom a été un catalyseur exceptionnel.

Au bout de trois années de travail, de recherche et d’innovation, nous créons un laboratoire de pointe, hyper équipé de matériel sophistiqué. On y fabrique de l’os artificiel, à partir du corail, qui est pile et auquel on adjoint des extraits placentaires et du sérum physiologique. Ce matériau révolutionnaire sert à combler toutes les pertes osseuses. Le résultat est spectaculaire.

Restons tout de même dans l’humilité. Tous les pays « voisins », Dubaï, Émirats arabes unis …se penchent sur les découvertes israéliennes. On se croirait dans une salle de classe, en plein examen.

Il y a toujours un élève qui se penche sur la copie du voisin, pour soutirer quelques idées.

Les accords d’Abraham ont permis cette proximité relationnelle, et ô combien ces pays voisins ont consolidé des partenariats dans tellement de domaines.

La corporation de la famille princière est très intéressée par ce qu’Israël peut apporter comme innovations de pointe. En effet, lorsqu’un projet est proposé et édifié, les taches sont reparties de manière harmonieuse. J’ai été sollicité pour y construire une clinique médico-chirurgicale, avec trente lits. La condition sine qua non est que tous les appareillages proviennent d’Israël : lasers, radiographies, IRM scanners et tout le matériel chirurgical de pointe, pour toutes les investigations.

Un cousin du prince est en charge de construire la structure immobilière, bien évidemment il lui est proposé un cahier des charges, pour respecter les normes exigées par tout ce qui est rayonnement, à savoir les murs doublés de plomb et les tailles des salles d’examens correspondant aux encombrements des machines.

Après ces détails techniques, établis et acquis, on ressent l’enthousiasme des commanditaires, tellement ravis d’avoir pu offrir à leur pays, le must de la technologie israélienne. C’est une immense fierté, car Israël est devenu une vitrine internationale de la high technologie, où tout le monde est invité à venir chercher, ce qui pourrait apporter de très nettes améliorations à la qualité de vie et de santé.

Pour l’anecdote, lors d’un cocktail de bienvenue, je me suis entendu dire : vous les Israéliens, vous êtes les enfants de D ieu. Trois ingénieurs agronomes sont venus étudier notre système d’arrosage et la gestion de notre eau, et au départ nous n’avions qu’une rangée de dix tomates dans un désert aride. Ils ont édifié un grillage sur lequel ont poussé cent tomates, avec la même quantité d’eau. Vous appelez ça comment ?

Le miracle d’Israël qui pourra nourrir le monde.

lphinfo.co

Professeur Daniel BENITAH

Partager :