Partager :

EN FRANCE. La France est l’un des pays où la consommation de chocolat est la plus élevée au monde, à plus de 300.000 tonnes en moyenne, soit 7,3 kilos par personne. Et comme chaque année, elle s’envole à Pâques. Une aubaine pour les nombreuses PME qui alimentent la filière.

Tablettes, pâtes à tartiner, confiseries… Quelles que soient ses formes, le chocolat a la cote chez les Français. Comme Noël, Pâques est une période privilégiée pour le secteur, marquée par des ventes élevées.

Cette année, la saison est assombrie par le scandale sanitaire chez Ferrero , leader des ventes sur la période, mais aussi par la guerre en Ukraine, qui fragilise le pouvoir d’achat . Mais la filière, qui surfe sur les vertus réconfortantes du chocolat en cette période anxiogène, se veut confiante. Retour en chiffres sur cette passion très française.

EN ISRAËL.

En Terre Sainte le nombre de boutiques dédiées au chocolat et exportant leurs produits dans le monde entier ne cesse d’augmenter. „Max Brenner“, société fondée en 2001 par le groupe Strauss, figure en tête de liste. Les chocolats „Max Brenner“ à base d’ingrédients hauts de gamme sont synonymes de finesse et de qualité. On trouve maintenant des boutiques „Max Brenner“ à Singapour, New York, Las Vegas et en Australie. A Tel Aviv, Max Brenner a même ouvert un restaurant où tout tourne autour du chocolat.

Mais de nouvelles petites boutiques comme „Sweet N’Karem“ à Jérusalem connaissent également un vif succès. „Ma clientèle ne cesse de s’étendre. Chaque fois que nous pensons avoir traité toutes les commandes, nous recevons un appel d’un nouveau client“ nous déclare Sima Amsalem de Sweet N’Karem. Parallèlement au vin, à l’huile d’olive et au houmous, Israël se profile comme le champion du chocolat.

Ika Cohen a triomphé à Londres lors d’un concours „International Chocolate Awards“ avec son chocolat au za’atar (mélange d’épices du Moyen-Orient) qui lui a valu de remporter la médaille d’or dans la catégorie ganache noire et truffes. Ce n’est pas la première fois que cette jeune Tel-Avivienne gagne un prix. Ses truffes aromatisées au za’atar lui ont également permis de rafler la médaille d’or en demi-finale du concours européen.

Après ses études de biologie marine et ses voyages dans le Pacifique sud, Ika Cohen a découvert sa véritable passion : le chocolat. Elle a alors travaillé entre autres avec le célèbre chocolatier Gilles Marchal puis, il y a trois ans, elle a pu concrétiser son rêve et ouvrir sa propre boutique.  Actuellement, Ika est en rupture de stock mais les nouvelles créations semblent très prometteuses : fruits de la passion au poivre noir, caramel salé, massepain-pistaches et pralinés au miel sur gaufrette.

 

 

Partager :