Partager :

En Israël la radio israélienne (Galei Tsahal) est en liaison avec des israéliens qui se sont réfugiés en Moldavie et Pologne. Des témoignages d’horreur se succèdent. Un israélien a raconté les gestes extraordinaires venant des Moldaves qui accueillent les réfugiés à la frontière (température de -5°). Il a également salué l’accueil très chaleureux des diplomates français. Des gestes inoubliables.

A. La Pologne affirme que 100.000 Ukrainiens sont arrivés dans le pays depuis l’attaque russe.

B. L’armée ukrainienne et les forces russes s’affrontent à Kiev ce samedi pour le contrôle de la capitale de l’Ukraine, deux jours après le lancement d’une invasion du pays ordonnée par le président russe Vladimir Poutine.

C. Les Etats-Unis vont fournir une nouvelle aide militaire à l’Ukraine, d’un montant de $350 millions, pour aider Kiev à combattre l’invasion russe.

D. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a assuré samedi avoir « cassé le plan » de la Russie au troisième jour de l’invasion de son pays, appelant les Russes à dire à Vladimir Poutine d’arrêter la guerre.

« Nous avons tenu bon et repoussons avec succès les attaques ennemies. Les combats continuent dans de nombreuses villes et régions du pays, mais (…) c’est notre armée qui contrôle Kiev et les villes clés autour de la capitale », a dit Volodymyr Zelensky dans une vidéo sur Facebook.

E. Selon i24News : « Malgré la pluie battante, des centaines d’Israéliens se sont réunis devant l’ambassade de Russie à Tel-Aviv pour protester contre l’invasion russe en Ukraine. 

Beaucoup d’entre eux brandissaient des pancartes dans lesquelles on pouvait lire « Poutine est le nouvel Hitler » ou encore « Arrêtez Poutine, arrêtez la guerre ».

Abrités sous des drapeaux ukrainiens géants, ils ont crié des slogans en russe, en ukrainien et en hébreu, dirigés à la fois contre Vladimir Poutine et rappelant les luttes ukrainiennes passées pour l’indépendance ».

Poutine est un fils de p…e » et « pas de guerre » ont crié des personnes parmi la foule et de nombreuses voitures se sont arrêtés pour klaxonner et exprimer leur soutien. « Honneur aux héros, honneur à l’Ukraine », ont-ils scandé. De nombreux manifestants ont des racines ukrainiennes et même de la famille dans le pays. Outre l’expression de leur colère à l’égard de l’action militaire russe, ils ont également exprimé leur déception face à la réaction d’Israël ».

F. Selon i24News : « L’Ukraine a demandé à l’Etat hébreu de servir de médiateur avec la Russie dans le cadre de pourparlers pour un cessez-le-feu, a rapporté le radio diffuseur Kan.

Des sources israéliennes et ukrainiennes ont rapporté que le président Zelensky a suggéré au Premier ministre Naftali Bennett que Jérusalem et la Russie négocient des pourparlers à Jérusalem, lors d’une conversation entre les deux hommes qui a eu lieu plus tôt ce vendredi.

Israël a tenté à plusieurs reprises de désamorcer les tensions entre la Russie et l’Ukraine ces dernières années. 

L’ancien Premier ministre Benyamin Netanyahou et l’actuel Premier ministre Naftali Bennett ont tenté de contacter les autorités compétentes et leur ont suggéré de contribuer à réduire les tensions entre les deux pays. 

Selon la source, qui a requis l’anonymat, la demande de médiation était le motif principal de la conversation qui a eu lieu à la demande de Zelensky, avant même d’aborder les questions liées à l’aide humanitaire destinée à l’Ukraine. « Même s’il y a une faible chance que cette fois la décision réussisse, cela vaut la peine d’essayer et de sauver des vies », a affirmé la source.

G. Selon i24News : « Vingt-six jeunes Juifs ukrainiens participant à un voyage Birthright se sont retrouvés bloqués en Israël après l’annulation de leur vol de retour lorsque que la Russie a lancé jeudi une invasion de grande ampleur de leur pays, a indiqué l’organisation.

Selon Birthright Israel, 16 des participants ukrainiens étaient déjà montés à bord de leurs avions et étaient assis à leur place lorsque les vols ont été annulés, l’Ukraine ayant été forcée de fermer son espace aérien face à l’assaut russe. « Ils ont été logés dans un hôtel à Tel Aviv pour le moment », a déclaré Birthright ».

H. Selon Times of Israel : « Israël a alloué 10 millions de shekels (2,75 millions d’euros) d’aide à la communauté juive d’Ukraine alors que l’offensive militaire russe contre le pays s’intensifiait, a déclaré le ministère des Affaires de la Diaspora.

« Cette décision a été prise par l’État d’Israël, et en particulier par son ministère de la Diaspora, en tant qu’État-nation du peuple juif, de soutenir les individus et les communautés juives en danger », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Le ministère indique que l’aide se présentera sous quatre formes principales : nourriture et médicaments, financement d’agents de sécurité autour des centres communautaires juifs pour les protéger des émeutes et des pillages, aide aux réfugiés lors d’évacuations à grande échelle, et transport des personnes vers des zones plus sûres ».

I. Selon RFI : « Le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a condamné l’invasion russe en Ukraine, mais il rappelle les « relations profondes et durables » d’Israël aussi bien avec Kiev qu’avec Moscou.

Pour Israël, Moscou est un allié indéfectible au Moyen-Orient. Car la Russie, alliée du régime de Damas, contrôle le ciel syrien. Mais la Syrie abrite également des milices iraniennes considérées par Israël comme une menace existentielle. Régulièrement, l’aviation de l’État hébreu bombarde leurs positions avec la bénédiction de la Russie.

« Il semble que le gouvernement israélien ne veuille pas porter atteinte à sa liberté d’action en Syrie contre les cibles iraniennes, explique Emmanuel Navon, professeur de relations internationales à l’Université de Tel Aviv. Et cette liberté d’action dépend beaucoup de l’accord de Vladimir Poutine. Israël ne souhaite pas s’aliéner Vladimir Poutine. »

Emmanuel Navon : « Du fait de notre position dans le camp occidental, de nos relations particulières avec les États-Unis et l’Europe, mais même d’un point de vue de realpolitik, je ne pense pas qu’Israël tirera profit de ce langage feutré vis-à-vis de la Russie. Puisque de toute façon, le jour où Vladimir Poutine souhaitera mettre fin à notre liberté d’action en Syrie, il le fera quelle que soit notre position. Poutine n’est pas du tout quelqu’un sur qui on peut compter. »

J. Radio J : « Environ 1000 Israéliens ont évacué l’Ukraine par voie terrestre, selon un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères. L’ambassade, actuellement stationnée en Pologne (Frontière), a organisé des bus qui ont emmené des Israéliens de Lviv vers la Pologne.

Selon le ministère, son personnel est en contact par téléphone avec des milliers d’Israéliens en Ukraine et leur donne des instructions sur la façon d’atteindre les points de passage frontaliers terrestres occidentaux, où sont stationnés des diplomates israéliens des pays voisins.

Au cours des deux dernières semaines, plus de 8 840 personnes encore dans le pays se sont enregistrées auprès de l’ambassade en Ukraine, dont 5 840 citoyens israéliens et plus de 3 000 membres de la famille proche qui n’ont pas la citoyenneté. En outre, plus de 4 300 Israéliens sont revenus avant la fermeture du ciel ukrainien.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a déclaré que de nouvelles sanctions contre la Russie atteindraient personnellement le président Vladimir Poutine et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov pour leur responsabilité dans l’invasion de l’Ukraine. « Ils sont responsables de la mort d’innocents en Ukraine. Ils sont responsables du piétinement du système international et nous, Européens, n’acceptons pas cela », a affirmé Baerbock à son arrivée pour des entretiens à Bruxelles. Les Européens ont décidé ce vendredi de sanctionner le président russe Vladimir Poutine et son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov par un gel de leurs avoirs dans l’UE.

LE PLUS.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov , s’est demandé mardi si l’Ukraine avait un droit à la souveraineté, car il a déclaré que le gouvernement de Kiev ne représentait pas les parties constituantes du pays, selon l’agence de presse Interfax. « Si nous parlons du principe de souveraineté et d’intégrité territoriale, l’un des documents clés (…) est la Déclaration relative aux principes du droit international touchant les relations amicales entre les peuples », a-t-il affirmé.

Il a accusé l’Ukraine d’être en décalage avec cela depuis 2014, lorsqu’un président soutenu par Moscou a été renversé à Kiev et remplacé par un dirigeant pro-occidental, incitant la Russie à annexer la péninsule ukrainienne de Crimée et à soutenir une insurrection dans ses régions orientales. « Je ne pense pas que quiconque puisse prétendre que le régime ukrainien, depuis le coup d’État de 2014, représente toutes les personnes vivant sur le territoire de l’État ukrainien », a indiqué Sergueï Lavrov.

La Russie reconnaît l’indépendance des régions sécessionnistes de l’est de l’Ukraine à l’intérieur des frontières que les séparatistes soutenus par Moscou contrôlent actuellement, a indiqué mardi Interfax citant un vice-ministre russe des Affaires étrangères. Le responsable, Andrey Rudenko, a également précisé que Moscou ne voulait pas rompre les liens avec l’Ukraine, selon l’agence de presse RIA.

LE PLUS.

Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères, s’est exprimé sur Franceinfo sur la crise russo-ukrainienne : « Il va y avoir des sanctions personnelles, qui vont toucher les responsables des décisions prises, les parlementaires russes… Il va y avoir des sanctions économiques et il va y avoir des sanctions financières des institutions financières bancaires russes. »

Les sanctions concernent les membres de la Douma, le Parlement russe, qui ont voté la reconnaissance de l’indépendance des deux territoires. Elles concernent également « les responsables du secteur militaire » et des banques, même si leur nombre reste à établir. Par ailleurs, « nous allons faire en sorte que l’Etat russe ne puisse pas se financer en Europe. »

« Je prends des mesures pour faire face à ce qui pourrait se passer. Mais cela m’étonnerait beaucoup que tout s’arrête là », poursuit Josep Borrell. « Les combats continuent [au Dobass], des centrales électriques ont été bombardées, il y a un niveau de violence, du point de vue de l’artillerie, qu’on n’avait pas vu depuis très longtemps. »

(IsraelValley et Radio J. Gabriel Attal)

Partager :