Partager :

Depuis quelques années, les kibboutzim sont constamment menacées d’extinction depuis que le pays a basculé dans le capitalisme il y a quarante ans. Mais une nouvelle culture commerciale lucrative promet désormais de contribuer à la survie du mouvement des kibboutz : le cannabis.

« Nous avons l’impression d’être des pionniers », a déclaré Gil Binovitch, 33 ans, qui dirige les cultures de la ferme de marijuana Intercure à Nir Oz, dans le désert du Néguev, à moins de cinq kilomètres de la bande de Gaza. Son kibboutz a consacré environ 40 acres à la culture de la marijuana. À l’intérieur des serres caverneuses, les plantes sont disposées dans des sacs biodégradables sur de longues tables, une variété de souches sur mesure dans des nuances de vert et de violet. Des capteurs surveillent les plantes, et une centaine d’employés vêtus de protections taillent, sèchent et soignent le cannabis selon une technique qui, selon l’entreprise, renforce les propriétés médicales des plantes.

Des douzaines de kibboutzim comme Nir Oz se sont lancés dans l’industrie florissante de la marijuana médicale en Israël, alors qu’elle se généralise dans le pays, a déclaré Saul Kaye, pharmacien et fondateur du groupe de pharmacies de cannabis HiPharm.

Après qu’Israël ait approuvé les exportations de marijuana en 2020 et que les législateurs aient introduit un projet de loi l’automne dernier pour rendre le cannabis plus disponible au niveau national, le pays prévoit maintenant des centaines de nouveaux emplois liés au cannabis et une manne financière qui devrait atteindre 2 à 3 milliards de dollars par an, selon une déclaration conjointe des ministères israéliens de l’Économie et de la Santé. L’Autorité israélienne de l’innovation a déclaré qu’elle investirait près de 10 millions de dollars pour lancer un incubateur de cannabis dans la ville de Yeruham, dans le sud du désert, parallèlement à un investissement de près de 40 millions de dollars par la société privée israélienne de fabrication de cannabis Breath of Life.

« Il a fallu du temps pour qu’une masse critique d’environ 40 000 patients soit ici en Israël, ce qui a commencé à avoir un effet d’entraînement », car de plus en plus de membres du parlement israélien sont venus à connaître des personnes ayant des prescriptions de marijuana médicale, a déclaré Kaye. « Maintenant, le gouvernement dit que nous voulons que cela devienne une industrie ».

Aujourd’hui, plus de 100 000 Israéliens détiennent un permis leur permettant de posséder ou de consommer de la marijuana à des fins médicales. Parmi eux, on compte des soldats israéliens souffrant de stress post-traumatique, dont le traitement au cannabis est pris en charge par le gouvernement, et des enfants épileptiques et autistes, dont le traitement est principalement subventionné par les HMO nationales. L’usage récréatif reste illégal, mais la possession de petites quantités a été dépénalisée il y a trois ans.

Les kibboutzim détiennent des permis rares pour de vastes étendues de terre et peuvent réunir les capitaux nécessaires à la construction des serres de haute technologie requises pour cloner, cultiver et contrôler la marijuana à des niveaux nécessaires pour répondre aux normes médicales israéliennes, selon l’ancien Premier ministre israélien et ancien kibboutznik Ehud Barak, qui est président de la ferme de marijuana Intercure à Nir Oz.

Selon lui, cette industrie émergente correspond bien aux kibboutzim qui cherchent à trouver leur place dans l’Israël moderne. « Après 80 ans, il y a un pays fort. Il est devenu un peu absurde d’avoir ces vies de sacrifice alors que tout autour s’est normalisé », a-t-il dit.

Alors que les kibboutzim étaient « autrefois une question de survie », a-t-il ajouté, ils sont maintenant prêts à jouer un rôle central dans une industrie du cannabis qui « est passée d’un rêve, d’une grande histoire – à une entreprise où vous devez montrer une ligne de fond chaque trimestre. »

Source : Washington Post & Israël Valley

Partager :