Partager :

Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs israéliens de l’Université Ben Gourion et du centre médical Soroka, les échographies de routine prénatales au cours du deuxième trimestre peuvent détecter des signes précoces de troubles du spectre de l’autisme TSA, permettant ainsi une intervention.

Des chercheurs du Centre national Azrieli de recherche sur l’autisme et le neurodéveloppement ont repéré des anomalies au niveau du cœur, des reins et de la tête dans 30 % des cas où l’enfant a développé plus tard un TSA, a indiqué l’université dans un communiqué mercredi.

L’étude a été publiée le mois dernier dans la revue Brain et sera discutée lors de la réunion annuelle israélienne pour la recherche sur l’autisme, prévue plus tard ce mois-ci.

Alors que des études antérieures ont montré que les enfants nés avec des maladies congénitales, en particulier touchant le cœur et les reins, avaient un risque plus élevé de développer un TSA, la recherche actuelle prouve qu’il est possible de déceler les signes avant même la naissance.

« L’échographie prénatale est un excellent outil pour étudier le développement fœtal anormal car elle est fréquemment utilisée pour surveiller la croissance fœtale et identifier les anomalies tout au long de la grossesse », ont écrit les chercheurs.

« Les médecins peuvent utiliser ces signes, discernables lors d’une échographie de routine, pour évaluer la probabilité que l’enfant naisse avec un TSA », a déclaré le professeur Idan Menashe dans le communiqué de l’université.

www.i24news.tv

Partager :