Partager :

« Où êtes-vous, quel est votre nom, votre âge, que voyez-vous? » Les questions s’accumulent et Amir Elishai, un jeune entrepreneur israélien, est un peu confus. On vient de lui voler son sac sur la plage à Tel-Aviv. Au bout du fil, la police l’interroge sur son identité, mais peine à le situer exactement. Entre temps le voleur a déguerpi. Pour ce jeune homme, ancien agent des forces spéciales de Tsahal, le constat s’impose rapidement : « au XXIème siècle on devrait pouvoir être plus efficace« .

Il a alors l’idée de créer une application mobile : Reporty, afin que toute personne munie d’un mobile puisse signaler une situation d’urgence, qu’elle soit criminelle, médicale ou terroriste, un incident personnel ou un événement extérieur. Reporty permet à tout Israélien de contacter très simplement via son téléphone la police, les urgences, les services municipaux et les personnes de son choix qu’il aura au préalable sélectionnées. Géolocalisé, l’appel permet l’arrivée rapide et précise des secours et des personnes concernées. En cas d’accident, la caméra intégrée au téléphone portable peut également être utilisée pour identifier de façon plus précise les blessures. L’application fonctionne avec des réseaux de faible intensité de manière à couvrir le territoire le plus large possible.

La start-up compte aujourd’hui 22 employés et vient d’ouvrir le 1er novembre un bureau à New-York après avoir levé plus de 7 millions de dollars, notamment aux Etats-Unis. Dans l’équipe, des poids lourds de la cyber-sécurité, de la robotique mais aussi l’ex-premier ministre Ehud Barak (1999-2001) qui a pris le poste de président de la société. Un VIP de choix pour convaincre les différents services numériques de la police, des pouvoirs locaux et des secours de collaborer. Désormais, Reporty vise l’international, et la start-up est en discussion avec plusieurs gouvernements, dont celui de la France, confie-t-elle à l’Usine Digitale. De nouvelles villes devraient être couvertes sur les continents américains et européens d’ici l’année prochaine.

Les services de secours israéliens et policiers ont aussi leur propre application d’intervention en situation d’urgence. Des mécanismes similaires à ceux de Reporty. Différence notable, le service existe en six langues contre seulement trois pour Reporty. Les minorités éthiopiennes, russes ou françaises sont ainsi prises en compte. Spécificité notable, l’application My MDA  (Magen David Adom, nom des urgences israéliennes) offre la possibilité de télécharger son dossier médical et d’indiquer précisément aux secours ses antécédents ou ses risques personnels, des informations utiles lors d’une intervention d’ugence.

L’armée israélienne a aussi créé en début d’année son application « Home front command « . Dans un pays toujours sous la menace d’actes terroristes, prévenir au plus vite peut sauver des vies. Ce nouveau système permet de géolocaliser toute personne proche d’une menace et de la prévenir sous forme de SMS. Il peut s’agir d’une attaque terroriste notamment l’envoi d’une roquette ou même d’un tremblement de terre ou d’un raz de marée. Via cette application, toute personne peut aussi prévenir l’armée et se tenir au courant de l’attaque ou de la catastrophe naturelle en cours.

usine-digitale.fr
Partager :