Partager :

Le site économique Calcalist, qui a révélé les écoutes téléphoniques et le vol de données dans les appareils téléphoniques de citoyens par la police, a fourni lundi matin une longue liste de personnes qui auraient été visées par ces pratiques illégales. A part des proches, y compris familiaux, de l’ancien Premier ministre Binyamin Netanyahou et l’ancien directeur-général du ministère des Communication Shlomo Filber, aujourd’hui, témoin à charge contre Netanyahou, on y trouve des personnalités diverses telles que des journalistes, des maires, des hauts-fonctionnaires au sein de ministères, des directeurs-généraux d’établissements publics, des présidents de syndicats et des hommes d’affaires. Si ces informations se vérifient, il s’agira de l’un des plus grands scandales politico-judiciaires que l’Etat d’Israël ait connu.

Ces révélations ont provoqué un tel choc que la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, assez discrète jusqu’à présent, a réagi en parlant de « tremblement de terre avec des pratiques digne des régimes les plus sombres » et a exigé la création d’une commission d’enquête externe. En effet, la commission nommée par l’ancien conseiller juridique du gouvernement Avihaï Mandelblit, est présidée par son adjointe qui est secondée par deux anciens membres du Shin Bet…qui étaient des subordonnés de l’ancien commandant de la police Ronny Alsheikh dont le nome circule beaucoup comme étant l’instigateur de ces méthodes importées du Shin Bet et qui s’était donné pour objectif de mettre fin au pouvoir de Binyamin Netanyahou.

LPH.

Partager :