Partager :

En 2021, plus de 11.700 appels ont été passés au 105, la hotline de protection en ligne des enfants

Le Bureau national israélien de protection des enfants en ligne a publié mercredi de nouvelles données alarmantes sur la violence et les comportements inappropriés sur les réseaux sociaux chez les adolescents israéliens.

L’enquête, menée auprès de 1.000 adolescents âgés de 12 à 18 ans et de 900 parents d’enfants âgés de 10 à 18 ans, indique que la plupart des participants ont été touchés par une forme ou une autre de cyberintimidation.

Selon les données, 52% des adolescents israéliens ont été confrontés à des contenus en ligne qui les ont mis mal à l’aise, tandis que 28% d’entre eux ont reçu des vidéos embarrassantes d’eux-mêmes ou d’autres personnes.

16% admettent avoir partagé de tels contenus.

En 2021, plus de 11.700 appels ont été passés au 105, la hotline de protection en ligne des enfants, dont 22% étaient liés à des délits à caractère sexuel, 15% au partage de photos ou de vidéos embarrassantes, tandis que 13% des appels étaient classés comme urgents.

Selon l’enquête, les adolescentes sont plus susceptibles de rencontrer du contenu offensant en ligne que les garçons – 55% contre 46%. Les adolescents et les hommes sont plus susceptibles de commettre une infraction. Ils sont à l’origine de 77% de toutes les infractions enregistrées, tandis que 23% sont le fait d’adolescentes ou de femmes.

Lors d’une visite des locaux du Bureau national de protection en ligne des enfants mardi, le ministre de la Sécurité publique, Omer Barlev, a déclaré qu’il s’agissait d’un organe intergouvernemental « unique », géré conjointement par une administration civile et la police israélienne.

« Parallèlement aux nombreux avantages technologiques que l’on peut trouver en ligne, le danger guette également, ciblant principalement les adolescents, et nous devons les protéger », a déclaré Omer Barlev.

Selon un rapport publié le mois dernier par le Conseil national israélien pour l’enfant, la cyberintimidation et les tendances suicidaires chez les enfants et les adolescents israéliens ont augmenté depuis le déclenchement de la pandémie.

14% des étudiants israéliens participant à l’enquête du conseil ont déclaré avoir été victimes de cyberintimidation en 2021, contre 11 % en 2019.

i24News.
Partager :