Partager :

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré lundi 13 décembre qu’un confinement n’était « pas sur la table » malgré la propagation rapide du variant Omicron dans le pays.

Il a affirmé au site d’informations Ynet que le gouvernement espérait « à tout prix » éviter un autre confinement. « On m’a posé la même question au début de la vague de morbidité de la variante Delta, et je peux vous donner une réponse similaire – le verrouillage n’est pas sur la table », a-t-il indiqué.

« On m’a alors demandé si les écoles seraient fermées et j’ai dit que cela ne se produirait pas non plus. Notre objectif aujourd’hui est le même », a expliqué Nitzan Horowitz.

Il a ajouté que son ministère était déçu par le faible taux de vaccination chez les enfants de 5 à 11 ans.

« Nous nous attendions à plus », a-t-il déclaré. « J’espère que nous verrons un plus grand nombre car les enfants qui ne sont pas vaccinés sont compromis et en danger de maladie, y compris celle causée par la variante Omicron. Le COVID chez les enfants peut être une maladie très grave. »Je vois des enfants présentant des symptômes post-COVID, qui ont du mal à monter les escaliers », a déclaré le ministre. « Les parents doivent vacciner leurs enfants afin de les garder en bonne santé et à l’école et non pour leur délivrer leurs laissez-passer verts. » Gabriel Attal (Radio J)

LE PLUS.

Coronavirus : Israël face au variant Omicron.

Le Premier ministre, Naftali Bennett, est très inquiet car ce variant est le plus contagieux de tous.

Il y a pour l’instant seulement 67 cas de personnes contaminés en Israël. Mais ce qui inquiète le Premier ministre c’est la rapidité à laquelle ce variant ce propage. « Il faut rester très prudent et surtout aller se faire vacciner même les enfants. C’est ce qui va sauver des vies », a affirmé le chef du gouvernement dimanche en ouverture du conseil des ministre.

Mais comme ailleurs, les Israéliens sont fatigués d’entendre parler du Covid-19 et la crainte est aussi le relâchement de la population. Il s’agit donc aussi de prendre des mesures pour limiter l’entrée du variant en Israël, notamment par le renforcement des frontières. Le docteur Sharon Alroy-Preis, chef des services de santé publique, a annoncé dimanche que la Grande-Bretagne et le Danemark vont être à partir de mardi ajoutés à la liste des pays dits « rouges ». Cela signifie que les israéliens n’auront plus le droit de s’y rendre. Le ministre de la santé a annoncé que cette liste des pays rouges sera actualisée quotidiennement.

ES (RadioJ)

Partager :