Partager :

Pourquoi les israéliens se rendront à Davos en Janvier 2022? Outre un formidable creuset où patrons, dirigeants politiques, scientifiques et économistes et quelques militants écologistes ou humanitaires réfléchissent sur les grands défis de l’humanité, Davos reste un formidable rendez-vous d’affaires pour les israéliens.

Lors d’un Forum à Davos, Bibi Netanyahou (alors PM) s’était livré à une «vente» argumentée d’«Israël Inc.», un pays qui, a-t-il dit, traverse une «véritable révolution» économique due à son entrée de plein pied dans le monde des technologies de l’information. Israël, a-t-il affirmé, a plus de savants par habitant que n’importe quel autre pays au monde, grâce, notamment, à l’afflux de «cerveaux» d’ex-URSS. Et d’affirmer que les investisseurs se précipitent dans son pays, telle cette entreprise japonaise qui, a-t-il affirmé, entend investir quatre milliards de dollars en deux ans en Israël, en rachetant «tout ce qui est à prendre». Au point, a-t-il ironisé, que des juifs français ou anglais émigrent désormais en Israël pour améliorer leur niveau de vie…

Bibi Netanyahou :  » Israël est une exception sur la scène économique occidentale. Nous avons réussi à éviter la crise économique mondiale mieux que la majorité des pays occidentaux ». « Mais nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers. Nous devons développer de nouveaux marchés et mettre en place de nouveaux partenariats. Ceci est la raison de ma visite à Davos. Mon but est de parler avec de grandes entreprises du secteur high-tech, et de les inciter à venir en Israël, à y investir et à créer des emplois. Cela sera bénéfique autant pour eux que pour nous. »

LE PLUS. Le financement du forum est assuré par les 1 000 entreprises membres. Le profil type de l’entreprise membre est une multinationale réalisant un chiffre d’affaires supérieur à cinq milliards USD (environ 3,7 milliards d’euros), un chiffre qui peut varier selon la branche et la région concernées. Ces entreprises se classent parmi les meilleures dans leur secteur d’activité et/ou pays et jouent un rôle prédominant dans l’évolution future de leur secteur d’activité et/ou région.

Depuis 2005, les entreprises membres versent des droits d’adhésion annuels de 42 500 CHF (environ 34 000 euros), ainsi que des droits de 18 000 CHF (environ 14 500 euros), un montant qui couvre la participation de leur PDG à la réunion annuelle de Davos. Les Industry Partners et les Strategic Partners versent respectivement 250 000 CHF (plus de 200 000 euros) et 500 000 CHF (plus de 400 000 euros), ce qui leur permet de jouer un rôle plus important dans les initiatives du forum.

Conseil d’administration

Le FEM est présidé par son fondateur et président exécutif Klaus Schwab tout en étant assisté par un conseil d’administration composé de personnalités entrepreneuriales, politiques, économiques, universitaires et de la société civile. Au 26 juillet 2021, en faisaient partie: Mukesh Ambani, Marc Benioff, Peter Brabeck-Letmathe, Thomas Buberl, Mark Carney, Laurence D. Fink, Chrystia Freeland, Orit Gadiesh, Kristalina Georgieva, Fabiola Gianotti, Al Gore, German Gref (Herman Gref), José Ángel Gurría, André Hoffmann (homme d’affaires), Paula Ingabire, Christine Lagarde, Jack Ma, Yo-Yo Ma, Peter Maurer, Luis Alberto Moreno, Patrice Motsepe, Rania al-Yassin, L. Rafael Reif, David Rubenstein, Mark Schneider, Klaus Schwab, Julie Sweet, Tharman Shanmugaratnam, Jim Hagemann Snabe, Feike Sijbesma, Heizō Takenaka, Zhu Min.


Partager :