Partager :

SANTE. Un nouveau patch cutané israélien capable de détecter la tuberculose permettra de réduire le nombre considérable de personnes qui meurent de cette maladie car ils ne sont pas diagnostiqués, et cette découvert pourrait aider le monde à l’éradiquer complètement, selon des scientifiques.

La tuberculose est responsable de 1,4 million de décès par an, presque exclusivement dans les pays pauvres. Elle se transmet facilement par les éternuements, la salive et la toux, et chaque personne infectée la transmet à plus de 10 personnes en moyenne.

Un traitement est disponible, mais en raison de la mauvaise mise à disposition des tests, qui nécessitent un traitement en laboratoire, de nombreuses personnes ne parviennent pas à se faire diagnostiquer.

L’Organisation mondiale de la santé considère la tuberculose comme une « urgence sanitaire mondiale » depuis 1993. Elle souligne le pouvoir du dépistage et indique qu’environ 60 millions de vies ont été sauvées grâce au diagnostic et au traitement entre 2000 et 2019. Mais les infrastructures de dépistage sont insuffisantes, et l’on passe à côté de près de 3 millions de cas chaque année.

Une équipe de recherche du Technion-Israel Institute of Technology a révélé, dans un article de revue à comité de lecture, avoir produit et testé un patch qui donne un diagnostic une heure après avoir été appliqué sur la peau.

« Le patch contient des capteurs faits de nanoparticules, et ce que nous faisons, c’est détecter les changements dans l’odeur de la personne, ce qui peut nous dire avec une grande précision si elle a ou non la tuberculose », a déclaré le Dr. Rotem Vishinkin au Times of Israël.

Times of Israel (Copyrights)

Partager :