Partager :

Doug Emhoff, l’époux de la vice-présidente américaine Kamala Harris, a organisé jeudi le tout premier seder de Pâque en ligne de la Maison Blanche, deux nuits avant le début officiel de la fête juive, a rapporté le Jewish Telegraphic Agency.

« Nous sommes réunis aujourd’hui pour la première célébration de la Pâque de l’administration Biden-Harris, et je suis ravi de vous rejoindre en tant que premier second gentleman, marié à la première femme à devenir vice-présidente des États-Unis », a déclaré D. Emhoff.

Le président américain Joe Biden a adressé vendredi ses voeux à la communauté juive à l’occasion de la fête de Pessah (Pâque juive) qui débute samedi soir. « Jill et moi adressons nos meilleurs vœux à tous ceux qui célèbrent la Pâque aux États-Unis, dans l’État d’Israël et dans le monde. Le fondement de l’histoire de Pâque est de surmonter l’adversité, trouver l’espoir, convoquer la résilience et sortir des ténèbres vers la lumière, » a-t-il écrit dans un communiqué.

« C’est une histoire de reconnaissance du fait que nos propres droits sont liés aux droits de nos voisins et qu’aucun d’entre nous n’est libre tant que nous ne sommes pas tous libres. C’est une histoire de foi: même face à l’oppression, il y a des raisons de garder espoir », poursuit-il. (Source : i24News)

LE PLUS. La Pâque juive, plus communément appelée « Pessah », débutera ce soir.  Cette fête commémore l’Exode des Hébreux hors d’Egypte, où ils étaient esclaves. Pessah est une célébration particulièrement riche en rites et coutumes, la première consiste à effectuer un grand nettoyage de la maison dans le but de se débarrasser de toute trace de blé, orge, seigle, avoine ou épeautre à l’approche de la fête.

En effet, lors de leur fuite, les Hébreux avaient emporté des aliments qui n’avaient pas eu le temps de lever. En souvenir, pendant sept jours en Israël et huit en diaspora, les Juifs ont l’interdiction de consommer, posséder ou tirer profit de ces cinq céréales ayant fermenté. Ces dernières sont classifiées sous le terme de « ‘hametz ».

En Israël, les propriétaires de magasins et restaurants ont l’obligation de se débarrasser de leurs stocks de céréales ou de le vendre, sous peine d’amende. Les Arabes israéliens ne sont toutefois pas concernés par cette mesure.

Même si Pessah ne dure que quelques jours, de nombreux produits sont manufacturés tout spécialement pour la fête. De façon à être strictement cashers, ils sont fabriqués à base de farine de riz, de maïs ou encore de quinoa.  Lors du premier soir de Pessah, les Juifs ont pour coutume de lire la « Haggadah », un livre rapportant le récit de la sortie d’Egypte. Ils effectuent également la cérémonie du « Seder » lors de laquelle divers aliments relatifs à la fête sont consommés.

Chacun d’entre eux a une signification bien particulière et permet de transmettre l’histoire de la Pâque juive de génération en génération.

Dans une assiette, on dispose notamment du pain azyme (les matsot), des herbes amères (appelées maror) en souvenir de l’esclavage des Hébreux, de la pâte de fruit et de noix (la ‘harosset) qui rappelle la couleur du mortier utilisé lors des travaux forcés ou encore un os de mouton (zeroa), qui symbolise le sacrifice de l’agneau Pascal.

Partager :