Partager :

Israël, l’Autriche et le Danemark ont annoncé jeudi soir une alliance pour le développement et la production de nouvelles générations de vaccins contre le Covid-19.

SourceRTBF.BE

« Nous ne savons pas combien de temps le vaccin va rester efficace. Est-ce six mois, un an, deux ans, moins ou plus, nous ne savons pas et c’est pourquoi nous devons protéger nos populations contre la résurgence de la pandémie ou de mutations« , a déclaré le Premier ministre israélien lors d’un point de presse avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz et la Première ministre danoise Mette Frederiksen.

La « solidarité » en question

A ce titre, Israël et ces deux pays de l’Union européenne, vont lancer « un fonds de recherche et développement » et « entamer des efforts conjoints pour la production de futurs vaccins« , a ajouté le chef du gouvernement israélien, sans toutefois détailler le montant de ce fonds, ni la capacité de production souhaitée.

« Nous menons tous (les trois) des recherches prometteuses qui ouvriront la voie à la prochaine génération » de développement biomédicale, a renchéri la Première ministre danoise, disant que cette nouvelle alliance allait « explorer la possibilité de coopérer sur des essais cliniques« .

La France avait déjà critiqué ce projet d’alliance, estimant que le « cadre européen » restait le plus approprié pour garantir la « solidarité » au sein de l’Union européenne (UE).

La solution « la plus efficace » pour répondre aux besoins de vaccination « doit continuer de reposer sur le cadre européen« , garant de la « solidarité entre Etats membres plus que jamais indispensable » et de « notre efficacité collective« , a relevé la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

« Nous devons coopérer sur ce dossier au sein de l’Union européenne (…) mais nous devons aussi coopérer à l’échelle mondiale« , a rétorqué à Jérusalem le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui a qualifié Israël « de premier pays dans le monde à faire la démonstration que le virus peut être vaincu« .

Tests à grande échelle

A la faveur d’un accord avec le géant pharmaceutique Pfizer, l’Etat hébreu compte sur un approvisionnement rapide de vaccins en échange de données biomédicales sur leur effet sur sa population.

Cet accord a permis jusqu’à présent d’administrer au moins une première dose de vaccin à plus de la moitié des 9,3 millions d’Israéliens et de mener une série de tests à grande échelle ayant confirmé, jusqu’à présent, l’efficacité du vaccin Pfizer/BioNtech.

lemonde.co.il/

Source : Médias français, BFM, Le Figaro, AFP.

Partager :