Partager :

Selon une récente étude de l’Université Ben Gurion, des anticorps à domaine unique de chameaux et de requins, aussi nommés nanocorps, pourraient aider à combattre les cellules cancéreuses chez l’homme, a rapporté la Douzième chaine au début du mois.

Si la chimiothérapie est efficace pour lutter contre les cancers, elle détruit également les cellules saines, endommage de manière irréversible les tissus à cause de sa toxicité élevée et crée avec le temps une résistance au traitement.

Les seuls anticorps capables de pénétrer les cellules cancéreuses sont les nanocorps. D’une taille d’environ 10 % de la taille des anticorps ordinaires, ils pénètrent les tissus cancéreux, distribue la chimiothérapie à certaines cellules avant d’éliminer rapidement du corps les résidus du traitement.

Il se trouve que les seuls animaux qui produisent de tels anticorps sont les chameaux et les requins.

Le professeur Niv Papo de l’Institut national de biotechnologie de l’Université Ben Gourion du Néguev a concentré ses recherches sur les chameaux, qu’il croise chaque jour sur la route de son laboratoire, à Beer Sheva.

Avec la doctorante Lior Rosenfeld, leur recherche s’est ainsi concentrée sur l’injection de chimiothérapie dans le corps humain tout en veillant à ce qu’elle ne fonctionne efficacement uniquement contre les cellules cancéreuses et non contre les cellules et les tissus sains.

Les chercheurs ont ainsi pu administrer de minuscules anticorps contre le cancer de la prostate qui se lient uniquement aux cellules cancéreuses, éliminant celles-ci de manière sélective et contrôlée.

Leur étude, publiée récemment dans le prestigieux Journal of Medicinal Chemistry, a montré que les anticorps produits par le chameau pénétraient les cellules cancéreuses et distribuaient la chimiothérapie de manière contrôlée, conduisant à l’élimination sélective des cellules cancéreuses – sans aucun dommage sur les cellules saines.

Leur recherche pourrait ainsi pousser au développement d’un nouveau type de chimiothérapie ciblée, qui endommagera au minimum les tissus sains – ce qui pourrait amoindrir les effets secondaires sévères de la chimiothérapie.

S’ils se sont concentrés sur le cancer de la prostate, le professeur Papo mène également une autre étude sur le cancer du sein.

L’Institut national de biotechnologie de l’Université Ben Gourion du Neguev pourrait signer prochainement un accord commercial avec une société pharmaceutique américaine afin de développer des médicaments basés sur leurs découvertes.

fr.timesofisrael.com

Partager :