Partager :

« Ces derniers mois, plus de 20 citoyens israéliens, dont d’anciens employés de l’industrie de la défense, soupçonnés d’avoir commis des infractions contre la sécurité de l’Etat, ont été interrogés », a indiqué le Shin Beth dans un communiqué, ajoutant qu’ils étaient aussi soupçonnés de blanchiment d’argent. « Les suspects ont illégalement développé, produit, testé et vendu des missiles de croisière à un pays d’Asie », ajoute le service de sécurité, précisant que leur identité était classée confidentielle.

Ils ont également « reçu des consignes, d’éléments associés avec ce même pays étranger, en échange de fonds considérables et d’autres avantages », d’après cette source, qui ne donne pas de détails sur ces « éléments ». Des photos diffusées par le Shin Beth montrent un missile en construction et du matériel de communication et de navigation saisi durant des essais effectués par ces suspects dans le centre d’Israël. Une vidéo semble montrer le lancement d’un missile par plusieurs individus, près de deux voitures garées, avec la date « 2019 » apparaissant en haut de cette vidéo.

Les suspects ont eu des « contacts secrets » avec leurs interlocuteurs afin de dissimuler le pays destinataire, d’après le Shin Beth qui s’est alarmé de ce que les armes puissent in fine parvenir à des « pays hostiles à Israël ». Israël est considéré comme un pays leader dans le domaine de la vente d’armes dans le monde. Les exportations israéliennes de défense se sont élevées à 7,2 milliards de dollars (6,4 milliards d’euros) en 2019, d’après le ministère de la Défense.

C’est l’un des pays du continent asiatique qui, depuis des années, essaie de se renseigner sur l’industrie de la défense israélienne, les infrastructures et les médias israéliens. En outre, nous notons que les suspects, qui occupent des postes importants mais pas les plus hauts placés dans les industries de la défense, ont utilisé les connaissances qu’ils ont acquises et ont effectivement vendu leur riche expérience, leur capacité à assembler des armes y compris des missiles et leurs compétences en échange de sommes considérables. et des avantages supplémentaires.

Au cours de l’enquête, il est apparu que les suspects avaient gardé des contacts secrets et tenté de déguiser la destination des missiles. En outre, le même « pays étranger » a donné des instructions aux suspects sur la manière d’agir et leur a en retour transféré beaucoup d’argent et des avantages supplémentaires.

Ils ont ajouté qu’au cours des derniers mois, l’organisation a coopéré avec l’unité Lahav 433 de la police, le Malamav (l’organe chargé de la sécurité de l’information au sein du système de défense) et avec le département économique du bureau du procureur général. Les accusés ont commis plusieurs infractions: « Infractions relevant de la défense Loi sur le contrôle des exportations, infractions de blanchiment d’argent et autres délits économiques », selon le service.

Selon le communiqué, le département économique du bureau du procureur de l’État examine actuellement les documents reçus. Le reste des détails de l’enquête et l’identité des suspects ont été imposés par une ordonnance de non-communication.

Jforum – Maariv

 

Partager :