Partager :

Zvi Eckstein, ancien vice-gouverneur de la Banque d’Israël est inquiet. « Nous avons un taux de pauvreté de 18 % et un PIB par habitant qui, en termes de prix réels, est inférieur de 40 % à celui des États-Unis et de 30 % à celui des principaux petits pays du nord de l’Europe. Et nous ne réduisons pas cet écart », a-t-il récemment déclaré dans une interview au Times of Israël.

Le gouvernement israélien, comme beaucoup d’autres dans le monde, s’efforce de trouver des réponses aux problèmes économiques immédiats causés par la pandémie de coronavirus, a déclaré M. Eckstein. Mais les dirigeants du pays, sans gouvernail et sans budget, ne parviennent pas à définir les stratégies et les réformes qui permettront au pays de sortir de la pandémie et de remettre son économie sur les rails et au même rythme que les autres nations développées du monde.

Il pourrait en résulter une grave détérioration de la qualité de vie, qui pourrait déclencher une fuite des familles de classe moyenne très instruites vers des rivages étrangers, a-t-il averti.

« Cette élection n’est qu’un symptôme du fait que nous n’avons pas de gouvernement pleinement opérationnel et qu’il n’y a pas de stratégie économique pour le moyen et le long terme », a déclaré M. Eckstein, qui est également professeur émérite d’économie à l’université de Tel Aviv.

Zvi Eckstein est actuellement doyen de la Tiomkin School of Economics et directeur de l’Aaron Economic Policy Institute à l’IDC, un collège privé de Herzliya. Au fil des ans, Eckstein a remporté des prix universitaires et professionnels, publié dans les principales revues économiques et présidé plusieurs commissions gouvernementales professionnelles qui ont conçu des politiques économiques. Il a été conseiller auprès du gouvernement pendant de nombreuses années.

https://fr.timesofisrael.com

 

Partager :