Défendre Israël. Rafael Advanced Defense Systems et Raytheon.

Par |2021-02-05T07:06:14+01:00février 5th, 2021|Catégories : DEFENSE|
Partager :

Israël a décidé de moderniser son système de défense antiaérien. Appelé le Dôme de fer, il est composé d’une multitude de radars et de missiles d’interception disséminés sur l’ensemble du territoire national ainsi qu’à bord des navires de guerre qui patrouillent le long des côtes du pays. Déployé pour la première fois en 2010, ce système est programmé pour détruire tout obus ou roquettes lancés contre l’État israélien dans un rayon de 70 kilomètres. Selon le site The Daily Beast, l’armée israélienne (Tsahal) a pour objectif d’augmenter son rayon d’action à plus de 250 kilomètres.

Pour l’instant, le Dôme de fer utilise des radars tridimensionnels à balayage électronique ELM-2084 afin de repérer des munitions tirées à plus de 100 kilomètres de distance. Cette technologie permet de surveiller et traquer plus de 200 roquettes en même temps. Pour aider à coordonner la contre-attaque, des ordinateurs de gestion transmettent toutes les données accumulées par les radars aux opérateurs des batteries de missiles Tamir. Si le projectile repéré constitue bel et bien une menace pour une ville israélienne, par exemple, un missile d’interception sol-air est lancé pour le détruire.

Benny Gantz, le ministre israélien de la Défense, a annoncé le premier février qu’une première série d’essais, intégrant les innovations du système, s’était tenue au mois de septembre 2020, avec des résultats concluants. Le but poursuivi par Tsahal est de faire en sorte que le Dôme n’intercepte plus seulement des roquettes, mais aussi des drones et surtout des missiles de croisière. Lors de ces essais, l’armée a également testé un nouveau système de défense antiaérien encore en train d’être développé par la société israélienne Rafael Advanced Defense Systems et l’entreprise américaine Raytheon : la Fronde de David.

Derrière cette référence biblique se cache un type de missile intercepteur à deux étages. Les systèmes de guidage et de ciblage placés dans le nez de l’appareil (un radar et un capteur optique-électronique) lui permettent de détruire des drones et différents types de missiles, dans un rayon de 250 kilomètres. La vitesse de la Fronde de David est gardée secrète par Israël mais cette nouvelle arme a déjà fait ses preuves en 2018 lorsqu’elle avait intercepté et détruit deux missiles en provenance de la Syrie.

L’État hébreu a vendu quelques exemplaires de ce système de défense à l’armée indienne et d’autres pays alliés comme les États-Unis et l’Australie ont acheté des batteries de missiles intercepteurs à Israël. Malgré les succès et la fiabilité du Dôme de fer, des officiers israéliens précisent tout de même que ces technologies dernier cri ne seront pas suffisantes pour protéger le territoire national en cas de “guerre totale”. D’où l’importance des travaux d’innovation autour de la fronde de David.

www.capital.fr/

Partager :
Aller en haut