Partager :

De nombreux fondateurs, PDG et cadres supérieurs des start-ups technologiques israéliennes ont présenté récemment leurs innovations à un public de chefs d’entreprise et de cadres indiens lors d’un webinaire organisé par l’association All India Management Association (AIMA) et OurCrowd, la principale organisation israélienne de capital-risque et de financement par la foule. Le dialogue a été soutenu par le ministère de l’économie israélien et l’ambassade d’Israël en Inde.

Harsh Pati Singhania, président de l’AIMA et vice-président et directeur général de JK Paper Ltd, a félicité le gouvernement israélien d’avoir accéléré la promotion des liens commerciaux entre Israël et l’Inde pendant la période de la covid et a souligné l’importance du commerce et des investissements entre l’Inde et Israël dans un monde en mutation. « L’Inde et Israël pourraient s’entraider pour rendre leurs économies plus grandes et meilleures. L’Inde a une grande capacité de production et de consommation et Israël a montré un grand instinct pour le développement technologique. Les deux pays peuvent se compléter mutuellement et coopérer sur le marché mondial », a-t-il déclaré.

Pramod Bhasin, fondateur de Genpact et président de Clix Capital Services, a déclaré que covid avait ouvert de nombreuses nouvelles opportunités pour les innovateurs israéliens en Inde. Il a compté les soins de santé, l’éducation, l’alimentation, la livraison, les services financiers, la gouvernance et l’automatisation comme étant les nouvelles opportunités d’innovation. Il a fait valoir que l’innovation n’était pas une chasse gardée des start-ups et qu’elle était fonction de la culture de l’organisation. Il a souligné l’agilité de certaines grandes banques et de certains détaillants qui pourraient être imités par les start-ups. Cependant, il a ajouté que les startups pouvaient ajouter des éléments importants aux grandes entreprises.

Commentant le conflit très médiatisé entre l’automatisation et l’emploi, M. Bhasin a déclaré que l’IA et la technologie ouvriraient de nouveaux marchés en Inde en mettant les financements et les produits à la disposition d’un plus grand nombre de personnes. Cela, a-t-il dit, augmentera les dépenses, ce qui créera plus d’emplois. Il a donné l’exemple des comptes bancaires numériques, des soins de santé mobiles, des pousse-pousse et scooters automatiques utilisant Uber, de la diffusion en continu de l’éducation et des plateformes de distribution numérique des produits agricoles comme nouveaux marchés qui créeront de nouveaux emplois.

Parmi les sociétés présentes, M. Uri Rivner, co-fondateur et directeur de BioCatch, a souligné que le covid avait augmenté les fraudes en ligne et créé des opportunités pour les cybercriminels et qu’éduquer les clients ne suffirait pas à les protéger car les criminels sont intelligents et innovants et les banques ne voudraient pas effrayer les gens en les éloignant de la banque numérique. Sa société a été la première à utiliser la biométrie comportementale pour suivre et analyser le comportement numérique physique et cognitif des utilisateurs en ligne afin d’identifier les activités suspectes sur les comptes.

Source : India Education Diary & Israël Valley

 

 

Partager :