Partager :

Un nouveau terme est en train d’émerger : la Femtech : les technologies qui permettent de gérer la santé des femmes de manière plus innovante, plus précise et plus efficace – est le tout nouveau centre d’innovation de l’ARC (Accelerate Redesign Collaborate) au centre médical de Sheba en Israël.

« Nous pouvons non seulement partager nos idées avec le monde, mais aussi changer réellement le paradigme clinique », déclare le directeur du Centre d’innovation pour la santé des femmes, le Dr Avi Tsur, obstétricien/gynécologue.

Lancée en juillet pour promouvoir la sécurité des patients et des médecins pendant le Covid, l’initiative a pris de l’ampleur. Des données importantes, l’intelligence artificielle (IA), la médecine de précision, la télémédecine, la virtualisation et les innovations chirurgicales sont exploitées pour trouver de nouvelles approches aux grossesses à haut risque, au suivi post-partum, à la contraception, à la FIV, à l’oncologie gynécologique et à d’autres évaluations médicales obstétriques/gynécologiques.

« Mon but est de sélectionner des projets qui vont perturber et améliorer les soins de santé des femmes », dit Tsur à Israël21c. « Je n’essaie pas de publier des articles, mais de changer les paradigmes cliniques. Je pense que c’est unique ».

Le centre a sélectionné 20 projets, qui comprennent des technologies pour la gestion des grossesses à haut risque et la prise de décision lors du travail et de l’accouchement ; la surveillance à domicile du diabète gestationnel et des grossesses post-terme ; et l’identification du meilleur médicament pour prévenir les complications de chaque grossesse à haut risque.

L’un des projets est un modèle d’IA permettant de prédire la dystocie des épaules – l’épaule d’un bébé qui reste coincée pendant l’accouchement – basé sur le travail que Tsur a effectué à Stanford en utilisant des données de Sheba. La dystocie de l’épaule a toujours été imprévisible et, par conséquent, impossible à prévenir. Validé sur la base de données de Stanford et de l’université du Texas, ce modèle prévoit que chaque mère en travail subisse une évaluation de la croissance par échographie.

Une douzaine d’obstétriciens/gynécologues sous la direction du Dr Eyal Sivan, directeur du centre de gynécologie et de maternité Josef Buchmann de Sheba, travaillent avec Tsur et d’autres membres de l’ARC. Certains des projets ont des partenaires dans d’autres institutions israéliennes.

« La vision commune s’appuie sur la passion du département de gynécologie et d’obstétrique pour l’innovation ainsi que sur les ressources de Sheba », explique Tsur.

« Notre force réside dans l’intégration des différentes disciplines au sein du centre. Je ne pense pas qu’aucun autre hôpital au monde dispose d’un tel ensemble de ressources pour la santé numérique ».

Source : The West Side Gazette & Israël Valley

Partager :